Le smartphone : ennemi de notre sommeil ?

C’est un phénomène planétaire depuis une dizaine d’année : le smartphone. Outil intelligent, pour beaucoup devenu indispensable, le smartphone est présent dans tous les moments du quotidien de millions d’utilisateurs dans le monde. Depuis 10 ans, des applications fleurissent pour améliorer la vie courante des utilisateurs, avec une part de plus en plus importante pour le divertissement.
Ainsi, nous passons de plus en plus de temps sur nos écrans, avec des conséquences visibles sur la santé. 
Notre séjour avec Morphée est-il perturbé par les smartphones ?

L'avènement du smartphone depuis 2008

En 2007 apparaît le premier smartphone, devenu produit phare : l’Iphone d’Apple. Une révolution pour le monde de la téléphonie qui voit naître un appareil doté d’un écran tactile, un appareil photo numérique et des applications du quotidien qui fonctionnent grâce à un système d’exploitation spécialement conçu pour mobile. En clair, le smartphone est en mesure d’assurer certaines fonctions d’un ordinateur portable.

Si les ventes au niveau mondial ne décollent pas tout de suite, lié au prix de l’Iphone (500 euros pièce pour une capacité de 8G) la concurrence s’empare peu à peu du concept et va créer un véritable marché mondial. Samsung, LG, Nokia, Huawei, tous créeront tour à tour leurs smartphones pour concurrencer le géant à la pomme. Les nombreuses applications Android et la domination grandissante des réseaux sociaux cimentent le succès du smartphone, qui grappille peu à peu l’avance des téléphones portables. En 2014 en France, les utilisateurs de smartphones ont dépassé en nombre les utilisateurs de téléphones portables. Fin 2017, plus de 73% des français en possèdent un. Une déferlante qui entraîne un changement de nos habitudes au quotidien…

Ces mauvaises habitudes qui ont un impact direct sur notre sommeil

Des applications de plus en plus pointues, un moyen de communication performant et divertissant : le smartphone est la cause de profonds changements dans la vie courante de ses utilisateurs. En particulier sur le sommeil, retardant l’heure du coucher, mais surtout l’heure d’endormissement. En moyenne, les français ont les yeux rivés sur un écran 37 minutes avant d’éteindre la lumière, et prennent 24 minutes à s’endormir.

Chez les jeunes (15-24 ans) cette moyenne augmente singulièrement : ils passent jusqu’à 46 minutes sur leurs smartphones avant d’éteindre la lumière. Un chiffre en augmentation depuis 2012. Les conséquences sur le quotidien sont importantes, comme les somnolences pendant la journée, les réveils nocturnes et un temps pour s’endormir bien plus long.

Les activités avant d’aller dormir liées aux smartphones sont diverses, et prennent de plus en plus de place sur la lecture, les échanges sociaux directs, et même sur notre temps passé devant la télévision.

Ainsi, ce sont plus de 27% des jeunes utilisant leurs smartphones le soir qui sont victimes de somnolences dans la journée, soit plus d’un quart d’entre eux. La lumière émise par les smartphones est éveillante, elle a pour effet de perturber l’horloge biologique. Le sommeil perd ainsi en réparation car l’endormissement est difficile et moins rapide. L’esprit, ultra-connecté, demeure toujours en alerte en étant connecté en permanence. Le sommeil n’est plus un retrait du monde extérieur, synonyme d’abandon du corps. Toutes les activités sur écran pré-sommeil rendent le séjour avec Morphée plus compliqué, ce qui joue par la suite sur la productivité en journée…

 

La perte de productivité

Le manque de sommeil a aussi un impact direct sur notre productivité dans la journée : moins d’efficacité au travail, troubles de l’attention… Selon la Fondation du sommeil, un adulte doit dormir en moyenne entre 7 heures et 9 heures par nuit pour être en forme. Depuis l’avènement du smartphone, la moyenne de sommeil des adultes et jeunes adultes est mise à mal, puisqu’elle se situe aujourd’hui dans une fourchette comprise entre 7h03 et 6h58. Chez les jeunes désormais, moins d’un sur dix va au lit pour directement y dormir.

Pire, ce manque met notre créativité et nos capacités décisionnelles en veille. Se préserver des écrans le soir pour un meilleur sommeil nous rend plus productif, avec un rendement cognitif meilleur sur l’environnement au travail.

L’attention détournée par le smartphone est aussi un phénomène grandissant, en particulier au travail. Selon une étude réalisée par Kaspersky Lab, nous serions 26% plus productif au bureau sans smartphone. La même étude montre que plus l’éloignement de notre téléphone intelligent est important, plus notre productivité est grande. De quoi faire réfléchir…