LE HANDICAP DANS LE MONDE DU SPORT

 

« Handisport » : ce mot si précis est pourtant très large. Par définition, l’handisport est un sport dont les règles ont été adaptées pour qu’il puisse être pratiqué par des personnes ayant un handicap physique. Celui-ci ne date pas d’hier, cependant le véritable essor de la discipline est assez récent. Maintenant dans les mœurs, quelle place détient l’handisport dans la société actuelle ? C’est au travers de l’évolution des Jeux paralympiques que nous pouvons réellement voir l’importance du handisport aujourd’hui. ZOOM sur la place des compétitions paralympiques dans le monde du sport

Licenciés à la Fédération Française de Handisport au cours la saison 2016-2017

Aussi étonnant que cela puisse paraitre, les exploits des athlètes paralympiques sont peu connus du grand public. Pourtant parfois privés d’un bras ou d’une jambe, ils réalisent des records aussi fous que ceux des athlètes olympiques. Cet écart est notamment visible si l’on s’intéresse aux audiences des Jeux Olympiques et à celles des Jeux Paralympiques. Mais lors des Jeux Olympiques de Londres de 2012, les audiences des Jeux Paralympiques ont connus un tournant en augmentant considérablement. Un tournant qu’ont largement suivi les audiences des Jeux Olympiques et Paralympiques de Rio en 2016. 

L’essor du Handisport

Malgré sa difficulté à s’imposer dans le monde du sport, le handisport s’est désormais fait une place dans la société. Au fil des années, le handisport a réussit à gagner une certaine notoriété, qui s’est notamment traduite par la naissance des Jeux Paralympiques. D’autant plus que le nombre de disciplines présentent aux Jeux Paralympiques ne cessent d’augmenter.  Parallèlement, on constate qu’aujourd’hui, et malgré des débuts compliqués, les Jeux Paralympiques accueillent de plus en plus d’athlètes venus du monde entier. Depuis les premiers Jeux Paralympiques d’été de Rome en 1960, le nombre d’athlètes présents a été multiplié par dix. Une évolution non négligeable pour l’avenir du handisport et de sa place dans la société.

Créé avec NuagesDeMots.fr
Créé avec NuagesDeMots.fr

En France, la Fédération a décidé de ne pas faire de différence entre les athlètes valides et handicapés. Ainsi, la règle est la même pour les sportifs représentants la France. Pour une médaille d’or, le sportif touchera 50 000 euros, 20 000 pour une médaille d’argent et 13 000 pour une médaille de bronze. Des primes de l’Etat fixées au même niveau que celles des athlètes mobiles depuis 2008.

Les guides, qui accompagnent souvent les athlètes paralympiques ont eux aussi le droit à la même rémunération. Il est important néanmoins de noter que la prime évolue si le sportif, qu’il soit mobile ou handicapé, ne réside pas en France. Une taxe de 15 %, créée comme un encouragement à résider en France et donc à déclarer ses impôts sur le territoire national.

Cependant, tous les athlètes n’ont pas la chance de figurer sur le podium. Et heureusement, les athlètes paralympiques sont accompagnés tout le long de l’année par de grandes entreprises françaises comme la Caisse d’Epargne ou la SNCF. Par exemple, une saison de ski coûte environ 25 000 à un athlète. Une somme importante que beaucoup ne peuvent pas se permettre de financer. Ainsi, la Fédération participe à la prise en charge du matériel, des entraînements ou encore des infrastructures. Marie Bochet, sept fois titré lors des Jeux Paralympiques, expliquait dans une interview ne mettre que 2 500 euros dans sa préparation. Figure incontournable de sa délégation, elle peut se permettre d’avoir des sponsors qui prennent en charge cette somme. Mais d’autres n’ont pas cette chance et doivent donc financer une petite partie de leur préparation.

Médailles françaises remportées lors des Jeux Paralympiques d'hiver de 2014

Médailles françaises remportées lors des Jeux Paralympiques d'été de 2016

Médailles françaises remportées lors des Jeux Paralympiques d'hiver de 2018

Le sport a toujours été et reste un formidable vecteur d’intégration sociale. Bien souvent, celui-ci est utilisé pour améliorer l’intégration des jeunes dans la société, développer des liens entre les individus et accroître l’assimilation de valeurs, souvent importantes pour notre propre construction personnelle. Si nous venons de voir l’évolution du monde handisport dans notre société grâce aux Jeux Paralympiques, la route est encore longue pour que le handisport ne soit plus un sujet tabou. 

Roy Compte, ancien vice président de la Fédération française du sport adapté et également sociologue, nous expliquait dans son ouvrage intitulé Sport et handicap dans notre société, toute la complexité qui persiste entre le sport et le handicap. Cette relation, expliquait-il, est paradoxale car elle se construit sur des notions antagonistes : maladie/santé, intégration/exclusion, capacité/incapacité. Encore de nos jours, beaucoup de jeunes enfants handicapés sont exclus de la pratique sportive et certaines mentalités persistent. Les Jeux Paralympiques doivent donc avec le temps nous conduire tous à une conclusion pourtant évidente : le sport est un loisir, une passion, accessible à tous.

« Le sport va chercher la peur pour la dominer, la fatigue pour en triompher, la difficulté pour la vaincre. » 

Pierre de Coubertin