Depuis des décennies, l’enseignement dispense mécaniquement son savoir-faire de manière descendante sans jamais se soucier du profil de l’apprenant. Cependant, le monde de l’art propose d’autres systèmes d’éducations qui, pour certains, renversent les rôles. L’élève peut alors devenir le principal acteur du développement de son savoir et de ses compétences.

Zoom sur “Passeport pour l’art”

En 2009, la ville de Toulouse a développé un dispositif d’éducation artistique et culturelle, le “Passeport pour l’art”, dont l’objectif est de favoriser l’accès aux élèves des écoles publiques toulousaines à l’art contemporain. Près de 15 000 élèves issus de 714 classes ont bénéficié de cette offre. En permettant aux enfants de profiter de plusieurs activités au cours de leur scolarité, de rencontrer des œuvres et des artistes, de fréquenter plus facilement les institutions culturelles… le « Passeport pour l’Art » de Toulouse vise à contribuer à leur formation artistique et à leur accès à la connaissance. Il s’agit de développer leur capacité d’analyse, d’expression et de créativité.

Les professeurs des écoles et l’ensemble des partenaires (musées, professionnels de la culture et de l’art…) travaillent main dans la main pour mener à bien ce projet éducatif qui perdure depuis maintenant 9 ans.

Au total, plus de 143 structures culturelles (musées, bibliothèques, théâtres, associations) participeront à l’édition 2017-2018. Chacune de ces structures élabore une offre adaptée au public visée, valorisant principalement la richesse culturelle et artistique de la ville rose.

Un travail associatif important

 

L’association « Archipel » à Arnaud Bernard

“L’Archipel de Toulouse”, une association implantée sur la place Arnaud Bernard, promeut des artistes toulousains en herbe. C’est est un partenaire de longue date du “Passeport pour l’art”. L’association propose tous les mercredis plusieurs ateliers polyvalents et offre la possibilité de pratiquer une multitude de techniques (dessin, peinture, sculpture, modelage, etc…).  L’objectif des ateliers étant de favoriser la création personnelle par la pratique de l’art contemporain, en suivant son propre rythme bien sûr.