La semaine des arts se tiendra du 19 au 23 mars aux campus IGS de Toulouse, Lyon et Paris. Cette année, le thème en vigueur sera axé sur la couleur, ce qu’elle peut nous faire ressentir ou à quoi elle peut être associée. On est cependant en droit de se demander si une couleur est liée à un seul sentiment.

 

Nathalie Escolier, art-thérapeute de Toulouse, m’a accordé un entretien téléphonique avec elle. Le point d’interrogation était le suivant : une couleur a-t-elle un sens ou une connotation unique ?

« Je ne pense pas, répond Nathalie. A vrai dire je pense que nous vivons dans une sorte de dictat de la couleur. C’est-à-dire que, par défaut, nous allons associer le rouge à la chaleur ou au sang, le bleu au froid ou le vert à la nature…et je trouve que cela supprime beaucoup de libertés, ne serait-ce que dans les œuvres contemporaines. Pour ce qui est de mes patients, je ne travaille pas spécifiquement sur la couleur. Mais si le besoin s’en fait sentir, je peux utiliser ce concept pour donner une voie de guérison à ceux qui viennent me voir. Et puis ils sont libres d’associer le froid au rouge, au vert ou à d’autre couleurs. Enfin, me concernant, je ne pourrais pas vous dire si une couleur a sa connotation. C’est bien trop subjectif, et les combinaisons sont infinies !»

 

La couleur comme concept de libertés

 

La semaine des arts du groupe IGS dévoilera des œuvres extrêmement colorées. L’objectif est bien sûr de taper à l’œil, mais aussi de se sentir libre d’interpréter, même si les interprétations peuvent concorder.
C’est en tous cas ce que pense Chloé, étudiante aux Beaux-Arts de Toulouse :

 

« Je trouve bien que votre campus ait choisi la couleur comme thème, car c’est en voyant des œuvres très colorées que l’on est plus à même d’interpréter librement.
Bien sûr, quand on ne fait que survoler le dessin ou la peinture, on associe de manière automatique une couleur à un concept ou une émotion. Mais à mon sens, plus une œuvre est colorée, plus on est libre de la voir sous une autre signification. Quand un tableau tape à l’œil, on a une impression plus forte que celle d’une œuvre sobre. »

 

Rendez-vous est pris pour une semaine artistique, enrichissante, et qui sera certainement haute en couleurs.

 

Bastien Dauby