Une fresque gigantesque voit petit à petit le jour à Toulouse. Long de 65 mètres et haute d’un peu plus de six mètres, ce graffiti deviendra, à terme, le plus grand de Toulouse. Ses créateurs, Nicolas Giraud alias 100taur, accompagné de son acolyte, Franck, travaille d’arrache pied pour terminer cette oeuvre, commandée par la mairie.

Malgré la pluie qui s’abat sur la Ville rose depuis quelques jours, 100taur ne perd pas son objectif de vue : réaliser la plus grande fresque de Toulouse. Cette commande de la mairie lui permet de sortir de son atelier, et de venir peindre au grand air ses créatures réelles ou mythologiques, inspirées notamment par le cubisme de Picasso.

Ce challenge de 65 mètres de long et six mètres de haut ne fait pas du tout peur à cet artiste, au contraire. Son âme de grapheur ne demande qu’à s’exprimer : « Quand on est dedans, on ne pense pas à toute la charge de travail que ça représente. En plus je n’ai pas l’impression de faire une seule grande fresque, mais plus des petits bouts collés entre eux. C’est rare de faire ce genre de projet et j’ai accepté, c’était plus fort que moi » souligne 100taur. Bombes de peinture et rouleaux en mains, Nicolas Giraud et Franck s’attaquent à ce mur aux larges proportions. « Je m’occupe du rouleau et fais tout ce qui est couleur de fond en gris et noir, ainsi que la mer en bas » lance Franck.« 100taur fait ensuite un brouillon par dessus ses dessins sur feuille que je projette sur le mur » rajoute-t-il.

Sur les 14 créatures prévues, sept ne sont pas encore commencées. Mais leur créateur s’ordonne de terminer dans les temps, malgré une météo difficile.

Commencé le deux janvier 2018, ce travail titanesque devrait recouvrir l’ensemble du mur du club de pétanque le 31 janvier prochain. Ce défi ne manque pas de faire réagir les passants, ainsi que le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, sur sa page Facebook.

Une certaine réticence pour les boulistes

L’oeuvre composée de bêtes sorties tout droit de l’imaginaire, ne fait cependant pas l’unanimité. Selon les deux grapheurs, les joueurs du club de pétanque sont assez réticents vis à vis de cette fresque permanente. Pour les rassurer, le héros de BD « Popeye » qu’a dessiné 100taur s’exclame : « Globos metalicos porculum veneramus ». En français : « Nous vénérons les boules et le cochonnet ».

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.