Le pôle inflammation, infection, immunologie, loco-moteur (I3LM) du CHU de Purpan est de nouveau mobilisé. En cause, la réorganisation de l’hôpital qui rentre en application depuis le début du mois de janvier. Ce mardi après-midi, une trentaine de personnes se sont rendues à l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques (quartier Saint-Cyprien, ndlr) pour être reçues par la direction générale et la direction des ressources humaines du CHU. 

Depuis hier, lundi 15 janvier, le pôle I3LM est en grève. Le manque d’effectif ainsi que la réorganisation des douze services de ce pôle sont dans le collimateur du personnel médical. Selon eux, « en cas d’absentéisme de courte durée, il n’y aura pas de remplacement« , nous décryptait hier Maryse Cabanes et Marc Moreau. Des « suppressions de postes » sont envisagées. 

Bruno Paredes fait entendre la voix des agents de transport du CHU avec son vuvuzela. Crédit photo Samy Benattia

Or, d’après un communiqué du CHU, « Le projet de modernisation, qui est porté par l’équipe médicale et réalisé sans suppression de poste, permet une meilleure prise en charge des patients en différenciant leur parcours. Il permet de mieux répartir les moyens humains en tenant compte de la charge de travail respective observée[…]« . Malgré nos demandes d’interview, pour des réponses plus précises, nous n’avons pas réussi à nous entretenir avec la direction générale du CHU.

Vuvuzela, sifflets et banderoles dans les couloirs

Ce mardi après-midi, aides soignants, infirmiers, et agents de transport (en grève depuis le 16 octobre dernier) ont voulu se faire entendre dans les locaux de l’Hôtel-Dieu. Sous la bannière de la CGT et équipés de vuvuzela, de sifflets et de mégaphones, ils ne se sont pas privé de déranger le calme habituel de ces locaux administratifs. « On est là pour être reçu par la direction générale« , nous dit un agent de transport. De son côté, l’administration de l’hôpital nous révèle que « deux rendez-vous avec le directeur des ressources humaines et la direction du pôle I3LM ont été refusé par la CGT« . Pour Bruno Parades, agent de transport au CHU, « À la CGT, on souhaite que le personnel soit présent lors de ce type de réunion et non une simple délégation, comme l’hôpital le souhaitait« .

Toujours est-il que le bruit n’a pas servi leurs intérêts. Les militants se sont vu refuser l’entrée de la salle de salle de réunion. La mobilisation se poursuivra demain, mercredi 17 janvier devant le Hall A du CHU de Purpan.