Le Ch’ti le plus célèbre de France de retour dans la Ville rose

Après Bienvenue chez les Ch’tis et Raid Dingue, l’acteur et humoriste Dany Boon passera de nouveau par la Ville rose pour présenter son prochain film : La Ch’tite famille. Les 27 et 28 janvier, l’acteur présentera son film en avant-première dans les principaux cinémas de Toulouse. Comme à son habitude, Dany Boon s’est entouré des plus grands de la comédie française : Line Renaud, Valérie Bonneton, François Berléand et Pierre Richard seront à l’affiche.

Ce film mettra en scène Valentin et Constance, deux architectes designers parisiens très huppés, qui préparent leur vernissage au Palais de Tokyo. Mais voilà, Valentin se fait percuter par une voiture et perd la mémoire. Conséquence, le naturel de l’architecte revient au galop, et Constance fera tout pour que éviter l’inévitable : que tout le monde sache que Valentin est en fait un Ch’ti.

Avec Bienvenue chez les Ch’tis, qui avait fait une entrée fracassante au box-office avec 5 millions d’entrée la première semaine, et Raid Dingue, qui est le film français le plus vu en 2017 avec 4,6 millions d’entrées, Dany Boon met la barre très haut. Reste à savoir si ce nouveau film connaîtra autant de succès que ses deux prédécesseurs.

Le samedi 27 janvier, Dany Boon sera au Mega CGR (avant 20h), au Gaumont Wilson (20h15) et au Gaumont Labège (21h). Le dimanche 28 janvier, il sera au Kinépolis Fenouillet.

Cinéma et droits de l’homme

La première édition du festival « Cinéma et Droits de l’homme » s’est ouverte samedi 13 janvier à Toulouse. Au menu : onze films sélectionnés sur une dizaine de thèmes, tels que la persécution des Rohingyas, la bombe atomique, les lobbies industriels des pesticides ou encore les violences faites aux femmes. Parmi les organisateurs, des ONG comme Amnesty International et Médecins du Monde seront présentes. Sont également prévues des rencontres-débats avec les membres organisateurs et les militants des ONG, ainsi que deux expositions sur la Palestine et les enfants soldats. Ces événements représentent une « invitation à s’informer sur l’état des droits humains à travers le monde », indique les organisateurs sur leur site internet. Les 21 projections auront lieu dans 14 salles toulousaines et son agglomération (Tarbes, Saint-Girons, l’Isle-Jourdain, Graulhet et Lavelanet).

Le festival se déroulera jusqu’au 25 janvier. Le programme est à découvrir ici.

Les tout-petits font aussi leur cinéma

De janvier à mars, la cinémathèque de Toulouse organise le Ciné-Club Junior, avec une programmation thématique nommée « Villages sens dessus dessous », spécialement dédiée aux enfants (et à leurs parents bien sûr). Au programme, 6 films pour les juniors (6-7 ans) dont Panique sur Florida Beach de Joe Dante, La Guerre des boutons d’Yves Robert, ou encore Les Demoiselles de Rocherfort de Jacques Demy. Le programme est à découvrir ici.

2017, une année en légère baisse

4,6 millions, c’est le nombre de spectateurs qu’ont attiré les cinémas de Toulouse et son agglomération. Parmi eux, les Gaumont Labège et Wilson restent largement en tête, avec plus de 2 millions d’entrées à eux deux. Malgré cela, une perte de 3%, soit 260 000 cinéphiles, est à enregistrer. Avec 230 000 entrées, l’ouverture du Kinépolis Fenouillet n’a pas su compenser la fermeture de l’Écran 7 de Plaisance-du-Touch en 2016. Le Véo Muret atteint les 582 000 spectateurs, ce qui fait de lui le seul cinéma à progresser (3%) en 2017.