Depuis hier, Donald Trump est au coeur d’une nouvelle polémique. Dans le cadre d’une réunion avec plusieurs Sénateurs sur les sujets migratoires, il aurait expliqué ne pas vouloir « d’immigrés de pays de merde » en parlant d’Haïti, du Salvador et des pays africains. La déclaration a été rapportée par des sénateurs au Washington Post puis démentie par le président le jour même.

Relire notre article : Trump dément avoir utilisé les mots « pays de merde »

L’ONU a par la suite organisé une réunion d’urgence des ambassadeurs du groupe africain, qui demandent au nom de 54 pays « des excuses ainsi qu’une rétractation ». L’Union africaine, ainsi que d’autres organismes du continent qui ont aussi été insultés, se sont aussi exprimés, « déçus » par ces remarques « blessantes et dérangeantes » du président américain. Ils soulignent que les propos ont un caractère « d’autant plus blessant compte tenu de la réalité historique du nombre d’africains qui sont arrivés aux États-Unis comme esclaves« , a déclaré Moussa Faki, porte-parole de l’UA.

Mais cela ne s’est pas arrêté là. Des hommes politiques et des citoyens africains ont aussi condamné les propos du président.

 

« Après la dernière déclaration raciste de Trump contre Haïti et l’Afrique, toutes les personnes noires aux côtés de ce vile, raciste bouffon est une disgrâce à notre peuple ! » 

Le 45e président des Etats-Unis n’a, pour l’instant, fait aucune excuse.