Évincé fin décembre de son poste de sélectionneur du XV de France, Guy Novès a annoncé dans l’édition de Midi Olympique de ce vendredi 12 janvier avoir saisi les Prud’hommes afin de contester son licenciement pour « faute grave ».

Celui qui a depuis été remplacé par Jacques Brunel conteste la légalité de la procédure de licenciement dont il a fait l’objet. Dans les tribunes du Midi Olympique il déclare que cette saisine des prud’hommes « est normale et nécessaire ». Avant d’ajouter que s’il le fait « c’est que rien ne s’est passé pour que je ne le fasse pas. Pour le moment ».

 « C’est dur à avaler »

L’ancien entraineur du Stade Toulousain reproche plus particulièrement à la Fédération française de rugby (FFR) de ne pas l’avoir convoqué à un entretien préalable.

Le président de la FFR, Bernard Laporte « a décidé de m’écarter. Il a ses raisons que je ne comprends pas. (…) C’est dur à avaler, je me retourne, je me remets intégralement en question. Est-ce que pendant toutes ces années, j’étais un tocard ? », déclare avec amertume l’ancien sélectionneur dans cette interview.

Rappelons le, Guy Novés a été à la tête du Stade Toulousain vainqueur de quatre Coupes d’Europe et de dix titres de champion de France (Top 14). Un palmarès et une expérience plus qu’impressionnants qui lui ont permis d’être nommé à tête de l’équipe de France en fin 2015