Ce jeudi, trois surveillants du centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais) ont été agressés par un détenu djihadiste. Les faits se sont produits aux alentours de 16h, alors que l’islamiste allemand Christian Ganczarski sortait de sa cellule. Il a blessé les agents à l’aide d’un ciseau à bouts ronds, et de ce qui semblerait être un couteau de cantine aiguisé. Dans la foulée, la présidente du Front National avait annoncé sa venue dans un tweet. 

 

 

Comme précisé la veille, Marine Le Pen s’est rendue sur les lieux de l’agression vers 9h, ce vendredi. Accompagnée de Bruno Bilde, député FN du Pas-de-Calais, elle a été reçue par le directeur de l’établissement Richard Bauer qui lui a fait visiter le centre pénitentiaire. À nouveau sur le réseau social à l’oiseau bleu, l’ancienne candidate à l’élection présidentielle s’est exprimée quant à sa visite :

 

D’après nos confrères de BFMTV qui se trouvaient sur place, des militants également présents ont dénoncé une « tentative de récupération ».

Un appel au débrayage lancé tôt ce matin

Au vu de cet acte, le syndicat UFAP UNSA Justice a appelé à des petits mouvements de grève dans les maisons d’arrêt, aux alentours de 6h45, ce vendredi. Suivi dans de nombreux endroits de l’Hexagone, ce « débrayage national » a amené à ralentir la vie pénitentiaire durant une grande partie de la matinée.