En meeting à Saint-Pierre de la Réunion, François Fillon a déclaré qu’il « se battrai jusqu’au bout » et ce malgré le contexte judiciaire qui l’entoure.

François Fillon reste inflexible. Au cœur d’une tourmente judiciaire visant des emplois fictifs présumés de son épouse, il a réaffirmé lors de son meeting à la Réunion, dimanche 12 février : « Je me battrai jusqu’au bout car mon programme est le seul capable de relancer la France ». C’est devant des milliers de personnes que le candidat républicain aux élections présidentielles s’est exprimé. Sa ligne de défense n’a pas changé, malgré le contexte judiciaire qui plombe sa campagne.« Je porte la responsabilité d’une ambition politique qui est celle des millions de Français qui refusent le déclin de leur pays ».

Le parquet national financier ne s’est pas prononcé

Le parquet national financier qui s’est saisi du dossier des soupçons d’emplois fictifs de Pénélope Fillon, a affirmé dimanche 12 février, « qu’aucune décision n’est prise à ce stade de l’enquête ». Par ailleurs « aucun calendrier n’est fixé à ce jour », précise le parquet. Dans une interview accordé au Journal du Dimanche, l’ex Premier ministre avait déclaré se retirer de la course à la présidence, s’il était mis en examen.

Devant les Réunionnais, à Saint-Pierre, François Fillon a aussi affirmé qu’il se battait « contre la gauche », la gauche de Benoît Hamon. Mais aussi contre la candidate Marine Le Pen :« Je me bats contre l’extrême droite qui mettrait la France en faillite au bout de six mois ».