Depuis fin 2013 et l’exécution de Jang Song-thaek, l’oncle de Kim Jong-un pour actes anti révolutionnaires et sectarisme près de 1000 personnes ont été tuées en public en Corée du Nord. 

C’est un chiffre qui fait froid dans le dos. Selon Kang Cheol-hwan, le directeur du centre de la stratégie sur la Corée du Nord (NKSC), plus de 1000 personnes ont été tuées par le régime de King Jong-Un depuis fin 2013 en Corée du Nord. Dans le cadre de cette campagne de nettoyage politique qualifiée de « grande purge », 415 cadres du Parti du travail, 300 cadres des institutions rattachées et 200 responsables du ministère de la Sécurité nationale. Pour rappel, fin 2013, le dirigeant de la Corée du Nord n’avait pas hésité à exécuter son oncle, Jang Song-thaek accusé de sectarisme et d’actes anti-révolutionnaires. Aujourd’hui, plus de 20 000 personnes dont des membres de la famille de Kim-Jong-un sont encore enfermées dans des camps de prisonniers politiques en Corée du Nord.