Jusqu’au 11 février, un bus américain comme on n’en voit que dans les films va sillonner les rues de Toulouse et s’arrêter dans certains quartiers de la ville. A son bord, une exposition regroupant les plus belles oeuvres de Tignous, le célèbre caricaturiste de Charlie Hebdo, décédé dans les attentats du 7 janvier 2015.

School Bus

Une drôle d’exposition se cache derrière ce bus./ Photo Yannick Lonca

Il est 13 heures lorsqu’un bus américain jaune s’arrête place de l’Europe à Toulouse, ce 8 février. A son bord deux hommes, Jean-Philippe et Sébastien. Ces deux amis de longue date, originaires de Montpellier, sont propriétaires de ce bus unique en France, qui est en fait une société, School Buzz, qui loue ce « school bus » pour toute sorte de manifestation. Depuis une semaine, leur tâche est un peu particulière : ils sont chargés de transporter une exposition à l’intérieur de leur bus. Et pas n’importe laquelle, l’exposition « Tignous, c’est la vie », qui regroupe des dessins de Bernard Verlhac, alias Tignous, célèbre caricaturiste et dessinateur de Charlie Hebdo, lâchement assassiné par les frères Kouachi le 7 février 2015. « C’est la Région qui nous a contacté pour réaliser cette exposition, explique Sébastien. Ils voulaient rendre un hommage à Tignous, afin que son oeuvre ne soit pas trop vite oubliée et que les gens, et surtout les jeunes, puissent se rendre compte que les sujets qu’il dénonçait sont toujours d’actualité. Le but était que cette exposition puisse se déplacer, c’est pour ça qu’ils ont fait appel à nous. »

Les dessins les plus drôles de Tignous… choisis par sa femme

tableaux et gens

Les visiteurs sont ravis de retrouver dans cette exposition la pâte du dessinateur qu’ils aimaient tant./ Photo Yannick Lonca

A bord du bus, une rangée de tableaux accrochés aux parois, ou plutôt des dessins. 25 pour être précis. Tous signés de la main de Tignous et réalisés à différentes années de la vie de l’artiste alors qu’il dessinait pour Charlie Hebdo. Dans ces oeuvres qui composent l’exposition, tous les sujets chers au dessinateur y passent : la religion, le racisme et le rejet de l’autre, mais également des dessins plus drôles sur des sujets plus légers, comme les vacances où la vie en ville. Tous sont frappants de lucidité et nous laisse entrevoir l’oeil acéré qu’avait Tignous sur la société. Certains nous arrachent un sourire, si ce n’est un rire, et d’autres nous frappent encore par leur intemporalité, leur résonance par rapport à certains événements actuels.

Et si tous ces dessins font mouches, ce n’est pas pour rien. C’est sa femme elle-même, Chloé Verlhac, qui a choisi personnellement tous les dessins qui composent l’exposition. Selon Jean-Philippe et Sébastien, « c’était important pour elle de choisir les dessins, et encore plus important qu’une telle exposition ait lieu. D’ailleurs, nous avons décidé de mettre à disposition des visiteurs un livre d’Or que nous lui remettrons ensuite ».

De Montpellier à Toulouse, un franc succès

tableaux 2

Les oeuvres nous décrochent la plupart du temps un sourire ou un rire./ Photo Yannick Lonca

En près de dix jours, les deux hommes et leur bus ont sillonné les routes du Sud de la France. Partis de Montpellier le 31 janvier, ils sont restés là-bas pendant quelques jours, avant de prendre la route pour Toulouse où ils sont arrivés le 5 février. « On a fait l’inauguration dans le quartier de Bellefontaine, où on a reçu un accueil chaleureux, puis nous sommes partis pour les Allées Roosevelt. Là-bas un monde fou est venu voir l’exposition. En deux jours il y a dû avoir à peu près 2000 personnes qui sont venus voir les dessins, c’était fou. Et là depuis deux jours on s’est installé Place de l’Europe, mais il y a beaucoup moins de monde ».

En dix jours, dans deux villes différentes, ce sont près de 8 000 personnes qui sont venues visiter l’exposition. « A peu près moitié-moitié, selon Jean-Philippe, 4 000 à Montpellier et 4 000 à Toulouse ». Et ce n’est pas finit, à compter 9 février, le school bus retournera aux Allées Roosevelt où il restera jusqu’au 11 février. Il vous reste donc quelques jours pour découvrir cette exposition unique.