Elle n’a pas vraiment impressionné, mais elle a assuré l’essentiel. L’équipe d’Angleterre a disposé du XV de France samedi soir à Twickenahm (19-16) lors de la première journée du Tournoi des VI Nations. Sans se montrer brillants, les Anglais ont fait la différence grâce à leurs remplaçants.

Eddy Jones, le sélectionneur anglais, avait prévenu. « Nous avons le meilleur banc du monde« , avait-il lancé sobrement la semaine dernière. Il en a fait la démonstration samedi soir. Après un match plutôt à l’avantage des Bleus pendant une heure, le XV de la Rose a accéléré dans le dernier quart d’heure, avec Danny Care à la baguette. Et c’est Ben Te’o qui a crucifié les Tricolores. Après une belle séquence dans les 22 mètres français (l’une des rares du match), le centre d’origine néo-zélandaise a plongé en but (70ème).

Qui domine… perd

Et pourtant, que de regrets pour les hommes de Guy Novès ! Car ce sont eux qui ont dominé jusqu’à l’heure de jeu. Lors du premier quart d’heure, la possession était française à 75% du temps. Plus tranchants, plus inspirés, les coéquipiers de Guilhem Guirado auraient mérité de passer la ligne d’en-but anglaise juste avant la pause, si Rémi Lamerat avait pu servir à l’intérieur son soutien qui filait à l’essai. C’est finalement à un moment où l’on pensait les Anglais revenir que le jeu de passes prôné par le sélectionneur a porté ses fruits. Après un démarrage de Vahaamahina au près, Kévin Gourdon est au soutien et sert Rabah Slimani à hauteur (16-12, 60e).
En face, le réalisme anglais a permis aux hommes d’Eddy Jones de continuer à espérer. Owen Farrell a profité des fautes françaises pour enquiller les pénalités lorsqu’elles se sont présentées. Et permis surtout de rejoindre les vestiaires sur un score nul (9-9). Avant la réaction des sujets de sa Majesté, qui prive donc les Français de leur première victoire à Twickenham depuis 2005.

Picamoles XXL

Côté Français, celui qui a le plus impressionné est certainement Louis Picamoles. Le n°8 français, exilé à Northampton en club depuis cet été, a retrouvé sa force de pénétration. Il a sans cesse gagné ses duels et permis à ses coéquipiers de jouer dans l’avancée. C’est notamment lui qui est à la relance lors d’une belle occasion de marque au milieu du premier acte. C’est lui aussi qui est au départ de la longue action qui amène l’essai de Slimani. Bref, le Picamoles des grands jours est de retour.

Autre satisfaction, la bonne impression laissée par Scott Spedding. Propre sous les ballons hauts, le Clermontois a montré de belles velléités lors de ses nombreuses relances. Il initie notamment avec Virimi Vakatawa l’occasion de fin de première période.
Pour sa première, Baptiste Serin a animé comme il sait le faire le jeu d’attaque français. Sans se poser trop de questions, et en ne cédant pas aux provocations des vieux roublards anglais. Son association avec Camille Lopez pourrait être reconduite la semaine prochaine.

Un bonus malgré tout

Si l’on ne peut pas se satisfaire d’une défaite, il reste tout de même du positif à retirer de cette partie, à la fois au niveau du jeu, mais aussi au niveau comptable. Avec l’instauration du système des bonus, le XV de France repart de Londres avec un point (défaite de moins de sept points). Un point qui pourrait compter dans le classement final notamment après la défaite de l’Irlande devant l’Ecosse un peu plus tôt dans l’après-midi (27-22).


Fiche technique

Angleterre 19
France 16

M-T : 9-9. Arbitre : M. Angus Gardner (AUS). A 17h50, au stade de Twickenham. Evolution du score : 0-3, 3-3, 3-6, 3-9, 6-9, 9-9 / 12-9, 12-16, 19-16.

Vainqueurs : 1E Theo (71) 1T Farrell (71) 4P Farrell (10,23,55) et Daly (38).
Vaincus : 1E Slimani (60) 1T (60) et 3 P (7,13,20) Lopez

Angleterre : Brown – May, Joseph (Nowell, 69), Farrell (Te’o, 69), Daly – (o) Ford, (m) Youngs (Care, 66) – Wood, Hughes, Itoje – Lawes, Launchberry (Haskell, 64) – Cole, Hartley (cap, George, 55), Marler (Mulan, 66).
Sélectionneur : Eddy Jones. Entraîneur : Steve Borthwick
Carton jaune : May (12, plaquage dangereux)

France : Spedding – Nakaitaci, Lamerat (Huget, 72), Fickou, Vakatawa – (o) Lopez (Doussain, 72), (m) Serin (Machenaud, 57) – Gourdon, Picamoles, Chouly (Goujon, 64) – Maestri, Vahaamahina (Itturia, 72) – Atonio (Slimani, 46), Guirado (cap., Maynadier, 72), Baille (Chiocchi, 46).
Sélectionneur : Guy Novès. Entraîneurs : Yannick Bru et Jean-Frédéric Dubois.