Lundi 30 janvier, le procès de 270 personnes accusées d’avoir participé au putsch raté de juillet 2016 s’est ouvert à Izmir, dans l’Ouest de la Turquie. 

C’est sans aucun doute le plus gros procès qui a lieu après le putsch de juillet 2016, contre le gouvernement de Recep Tayyip Erdoğan, en Turquie. Lundi 30 janvier, 270 personnes (dont 152 en détention préventive) sont jugées pour « tentative de renversement de l’ordre constitutionnel », « appartenance à une organisation terroriste » et « tentative de renverser le Parlement ou de l’empêcher de remplir ses devoirs ». Ils encourent tous deux peines de prison à vie.

Fethullah Gülen, accusé d’être à l’origine de la tentative de putsch est jugé par contumace, c’est-à-dire que la peine sera prononcée malgré son absence au procès. En effet, il s’est exilé aux Etats-Unis et nie catégoriquement être à l’origine du coup d’Etat. Le gouvernement turc a demandé à plusieurs reprises son extradition mais Washington a refusé de prendre la décision, qui appartient à la justice américaine. Le gouvernement compte sur l’arrivée de Donald Trump au pouvoir pour accélérer les choses.

Les 270 accusés sont principalement militaires. Lundi 23 janvier, 62 militaires passaient déjà devant la justice pour le putsch.