Benoît Hamon a été désigné par les sympathisants du parti socialiste, pour incarner la gauche lors de l’élection présidentielle. Une grosse désillusion pour l’ancien premier ministre Manuel Valls. Une occasion de parodier cette défaite sur les réseaux sociaux.

 

Avec un score de 41,29% contre 58,71% pour Benoît Hamon, Manuels Valls a été évincé de la course à la présidentielle. Une défaite humiliante pour l’ancien premier ministre… face à un frondeur. Sur les réseaux sociaux les détournements ne manquent pas, quant au départ de Manuel Valls de la scène politique pour la présidentielle.

 

La presse, aussi, n’a pas hésité à parodier la défaite du candidat socialiste. Un petit jeu de mots aux sonorités espagnoles

 

Manuels Valls n’en est pas à sa première « gifle ». Alors en pleine campagne pour la primaire de la gauche dans les Côtes-d’Armor (Bretagne), Manuel Valls avait reçu une gifle de la part d’un jeune homme de 18 ans. L’ancien premier ministre avait donc décidé de porter plainte contre lui. Une gifle renouvelée mais par le peuple de gauche.

 

https://twitter.com/StagiaireDeBFM/status/825791557580238850

 

Être passé au gouvernement français ne semble pas porter chance aux candidats des primaires, de droite comme de gauche. L’ancien premier ministre a perdu ce combat à l’instar de l’ex-président de la République, Nicolas Sarkozy. Par ailleurs, Manuel Valls a fini son discours, dimanche 29 janvier, par les mêmes « envies » que Nicolas Sarkozy : consacrer d’avantage de temps à ses proches et à ses « passions privées ».

 

Manuel Valls a tout de même souhaité « bonne chance » à Benoît Hamon. Cette défaite devrait lui permettre de « prendre du recul » face à la vie politique et à la gauche qui lui a tourné le dos : «Une page se tourne aussi pour moi (…). Il m’appartient de prendre le recul nécessaire, de me réinventer aussi. ».