C’est le Canard enchaîné qui a lâché cette bombe, mercredi 25 janvier, dans son nouveau numéro. Un article qui révèle que Pénélope Fillon, l’épouse de François Fillon, aurait touché 600 000 euros grâce à des emplois fictifs, d’attachée Parlementaire auprès de son mari et de conseillère littéraire. 

Quand on parle de Pénélope Fillon, on pense immédiatement à une femme discrète. Et elle l’a tellement été, que pendant un peu plus de huit ans, elle aurait touché 600 000 euros brut, sans que personne ne l’ai jamais vu travaillé. L’hebdo satirique s’intéressait aux revenus de l’ancien Premier ministre et à sa société, 2F Conseil. Et c’est là, que le Canard est tombé sur les feuilles de paie de Madame Fillon. A leur grande surprise, ils découvrent que ses revenus représentent presque la moitié des salaires déclarés au fisc par le couple, sauf que, Madame s’est toujours présentée comme une mère au foyer.

500 000 euros brut en huit ans…

De 1998 à 2002, cette chère Pénélope est rémunérée par son mari, député de la Sarthe à l’époque, en tant que « collaborateur de député ». Rien d’illégal dans les faits, puisque les parlementaires disposent d’une enveloppe prévue à cet effet. 9 561 euros pour rémunérer jusqu’à cinq collaborateurs à temps partiel. Embaucher l’un de ses proches n’est pas interdit aux élus, encore faut-il qu’ils travaillent réellement. En 2001, elle touche déjà 3 900 euros brut par mois, et l’année suivante elle passe à 4 600 euros brut par mois.
Mais c’est à l’été 2002 que la carrière de cette collaboratrice fantôme va décoller. En effet, Monsieur Fillon rentre au gouvernement durant le mois de mai en tant que Ministre des Affaires sociales et du Travail. Sur le papier, Pénélope Fillon devient alors « suppléant du député », et son salaire est largement revu à la hausse. Elle va toucher 6 900 euros brut mensuels, et en 2006 son salaire atteint même 7 900 euros brut, ce qui représente une très grande partie de l’enveloppe dédiée aux « collaborateurs ». D’ailleurs, les assistants officiels de François Fillon, Igor Mitrofanoff et Jeanne Robinson-Behre ne se rappellent pas avoir travaillé avec elle, « Je n’ai jamais travaillé avec elle, je n’ai pas d’info à ce sujet. Je ne la connaissais que comme femme du ministre« , a confié Jeanne Robinson-Behre au Canard enchaîné. En mai 2012, Fillon redevient député de Paris, et il décide, à nouveau, de s’entourer de son épouse. Pendant six mois, elle touche 4 600 euros brut mensuels.

L’article du Canard enchaîné./Photo Alison Danis

…et comme ça ne suffisait pas, 100 000 euros brut en plus pour Madame !

Comme 500 000 euros brut ne semblait pas suffire à Pénélope Fillon, elle devient « conseillère littéraire » à la Revue de des mondes de mai 2012 à décembre 2013. En l’espace de vingt mois, elle touche 100 000 euros brut, sans que le directeur de la revue la rencontre. Interrogé par le Canard, le directeur se dit « sidéré ». « A aucun moment (…) je n’ai eu la moindre trace de ce qui pourrait ressembler à un travail de conseiller littéraire ».

Pourtant, comme le rappel le journal satirique, en avril 2013, François Fillon vantait sur son blog « le souci de la transparence qu’impose le service de la France et des Français ». Lui et sa femme ont été sollicités par le Canard enchaîné, mais ces derniers ont refusé de répondre.
Au total, la femme du candidat « anti-système » à la présidentielle aura touché 600 000 euros brut grâce à des emplois fictifs, dont 500 000 rien que sur les caisses parlementaires.