Trois Toulousains ont décidé de créer Betters’Rift, le premier site français de paris en ligne sur le eSport. L’occasion de miser gratuitement tout en recevant des cadeaux sur des compétitions de jeux vidéo telles que Counter Strike ou League of Legends. 

On connaissait les paris sportifs, hippiques et de pokers, place désormais à l’eSport ou sport électronique pour les Francophones. Alexis Cassan, Philippe-Adrien Chaix et Manuel Godeux, trois jeunes entrepreneurs toulousains ont décidé de tout quitter pour créer en septembre 2016, Betters’Rift, un site de paris en ligne basé sur le eSport. Un concept unique en France qui se fixe comme principal objectif de rendre cette pratique du jeux vidéo à titre compétitif en plein boom « plus intéressante et plus fun à regarder pour les joueurs » précise Philippe-Adrien Chaix, directeur général de la start-up. Le eSport connaît, en effet, ces dernières années, dans les quatre coins du globe et particulièrement en Asie, une croissance exponentielle. Selon, une étude publiée par une entreprise spécialisée dans les études de marché ( Newzoo), 230 millions de personnes ont regardé des compétitions de jeux vidéo en ligne dans le monde en 2015 et le secteur a rapporté pas moins de 500 millions de dollars durant cette même année.

Des paris entièrement gratuits

L’autre originalité de ce site de paris en ligne repose sur son modèle économique. Pour parier sur les compétitions de jeux vidéo en réseau, pas besoin de dépenser le moindre centime, les pronostics sont entièrement gratuits et ouverts pour cinq jeux ( League of Legends, CounterStrike Global Offensive, Defense of the Ancient 2 et Starcraft 2, Overwatch). « Les joueurs créent leur compte gratuitement et reçoivent par la suite une somme d’argent complètement virtuelle qui n’a pas de valeur que l’on appelle les cristaux. Cette monnaie virtuelle, ils vont pouvoir la miser sur des matchs officiels de eSport. Une fois qu’ils auront gagner suffisamment de cristaux, ils pourront échanger ces points contre des lots chez nos partenaires » explique Philippe-Adrien Chaix. Pour pouvoir recharger ses crédits, le parieur doit regarder des publicités, l’unique moyen pour cette jeune start-up de se financer et de faire vivre son site. « Notre concept est de faire du pari en ligne Free to play (de la pub contre de la gratuité) à l’image de jeux vidéo tels que Clash of Clans ou League of Legends. Notre objectif n’est pas devenir un jeu d’argent, ni un petit jeu de pronostic, on a vraiment l’idée d’inventer une nouvelle façon de parier avec le Free to play. » Une stratégie économique qui prend de plus en plus d’ampleur dans les jeux pour smartphones.

Philippe-Adrien Chaix, ex-concepteur chez Pokemon en plein travail sur le site. Crédit photo : E.R

Un modèle qui va s’exporter en Angleterre

Dans son développement, Betters’Rift se heurte à un obstacle : celui de la réglementation française et plus précisément de l’autorité de Régulation des Jeux En Ligne ( Arjel) qui ne reconnaît pas l’eSport comme étant quelque chose sur lequel on peut faire des paris. Le site ne peut donc pas vendre ses « Cristaux » et doit s’appuyer uniquement sur la publicité pour tirer ses revenus. Pour pouvoir être encore plus compétitive et rentable, la jeune start-up toulousaine basée dans le nouveau village d’incubateur du Crédit-Agricole, dans le centre-ville de Toulouse, prévoit d’ouvrir prochainement son site outre-manche. « En Angleterre, on va pouvoir déployer l’ensemble de notre offre. Et ainsi vendre notre monnaie et nos bonus de jeu aux joueurs. Pour faire de Betters’Rift, un vrai jeux vidéo de Free to play » souligne le co-fondateur.

L’équipe de Betters’Rift dans ses locaux en centre-ville de Toulouse. Crédit photo : E.R

Des ambitions élevées pour 2017

L’année 2017 pourrait constituer un tournant décisif pour la jeune plateforme toulousaine. Le site qui compte aujourd’hui près de 1800 joueurs et qui propose près de 500 paris mensuels prévoit de tripler son nombre d’adhérents et atteindre les 5000 utilisateurs d’ici juin 2017. Grâce notamment à son application qui devrait voir le jour d’ici fin février et aux nombreux salons de jeux-vidéo auxquels il sont conviés dans toute la France. Betters’Rift compte également élargir son offre de jeux pour ces parieurs. De nouveaux jeux vidéo tels qu’Hearthstone, Super Smash Bross et même Fifa pour les amoureux du ballon rond devraient être proposés d’ici fin 2017 à ses utilisateurs. Les revenus du eSport et le nombre de spectateurs devraient doubler d’ici 2019, selon de nombreuses études, de quoi promettre un avenir radieux pour la jeune start-up toulousaine.