Les supporter bastiais auteurs de cris racistes envers Mario Balotelli pourraient être interdits de stade. C’est ce qu’à laissé entendre le secrétaire d’Etat aux sport Thierry Braillard dans une interview ce mardi 24 janvier sur France Info.

Le secrétaire d’Etat aux sports Thierry Braillard est revenu ce mardi 24 janvier au micro de France Info sur les incidents pendant le match de Ligue 1 entre Bastia et l’OGC Nice où Mario Balotelli accuse le public corse de lui avoir proféré des cris racistes pendant toute la rencontre. Une situation intolérable pour Thierry Braillard qui réclame des sanctions importantes envers les auteurs de ces actes, clairement identifiables grâce aux images captées par la chaîne BeInsport.

« Les gens qui ont proféré ces cris à caractère raciste doivent être sanctionnés pénalement. Et s’il y a aussi une interdiction de stade, ce sera approprié. »

Thierry Braillard, secrétaire d’Etat aux sports.

L’attaquant Niçois s’était  empressé de dénoncer cette situation sur les réseaux sociaux en se demandant  s’il était « normal que des supporter de Bastia fassent des bruits de singe et des ouh ouh’ pendant tout le match ? » pour conclure en expliquant que  » le football est un sport formidable, mais les gens comme ces supporter de Bastia le rendent horrible »

Suite à cet incident Mario Balotelli a reçu le soutien de son club et de son président Jean Pierre Rivière qui avait appelé à ce que les contrevenants soient punis individuellement via un communiqué publié sur le site de l’OGC Nice

« On ne peut qu’être scandalisés face à de tels agissements. Les propos racistes sont proprement inacceptables, dans un stade de foot, comme partout ailleurs. Nous avons pu constater qu’il s’agit de faits isolés commis par quelques individus. Les images les identifient. Ce sont ceux-là même qu’il faut pointer du doigt, et c’est envers eux, que l’on doit sévir durement. »

Jean-Pierre Rivière, président de l’OGC Nice

Le club de Bastia a réagi  à son tour à cet incident via un communiqué mais avant tout pour se défendre de n’avoir « à aucun moment constaté ni été informé hier soir, tant par les arbitres, les délégués, ni par aucun membre de l’OGC Nice d’un quelconque incident de ce type ». Le club assure avoir découvert cet incident « avec stupéfaction » et affirme se tenir à disposition  « afin que toute la lumière soit faite, de manière irréfutable et non équivoque, sur ce type de comportements par nature stupides et inacceptables ».

Après avoir visionné ces images, la LFP a condamné « avec la plus grande fermeté les auteurs de ces agissements, qui n’ont rien à faire dans un stade de football » et a également indiqué que sa commission de discipline allait étudier ces incidents dès jeudi.