Au lendemain des résultats du premier tour des primaires de la gauche, Benoît Hamon était l’invité de Patrick Cohen sur France Inter ce matin. Annoncé hier soir, il est le gagnant du premier tour de la primaire à gauche : avec plus de 35% des voix. L’ancien Ministre de l’Éducation est arrivé en tête devant Manuel Valls (31%) et Arnaud Montebourg (18%).

 
La première question soulevée dans cette interview : les chiffres de la participation ! Benoît Hamon s’est prononcé sur les doutes concernant la participation, entre 1,5 et 2 millions attendus, pour 1,3 annoncé hier soir par la Haute Autorité des primaires.  » Je m’en tiens à ce qui avait été dit hier soir, mais apparemment il y a une polémique ce matin. J’aimerais que ces incertitudes soit levées rapidement, mais je n’ai pas plus d’information que vous  » a déclaré le nouveau favoris de la gauche.

 

« Tourner la page »

Sur l’abdication de François Hollande, Benoit Hamon estime qu’il a évité que cette élection soit une forme de procès qui aurait été interminable selon lui et difficile pour tout le monde. Le gagnant du 1er tour des primaires de gauche, ajoute qu’il y a eu du bon dans ce quinquennat même si certaines décisions ont été largement critiquées par les électeurs de gauche. Ce n’est plus l’heure du bilan, mais plutôt celle de mener campagne pour Benoît Hamon. Manuel Valls, arrivé second a déjà enclenché la machine.

A lire aussi : Le point sur les résultats du premier tour des primaires

Valls, n’est pas le seul adversaire !

Dès le discours de remerciement de Manuel Valls, hier soir. Celui-ci a sorti les griffes et comptes bien se battre pour représenter le PS aux élections présidentielles de mai 2017. Malgré cela, Benoît Hamon pense tout de même qu’il est possible de dialoguer ! 

 

Le favoris de la gauche estime qu’il sera aussi possible de dialoguer avec Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron s’il est élu. « Il y a matière à construire », a-t-il expliqué sur France Inter.

A lire aussi: En images, les Toulousains derrière Hamon

« Ça apprend l’humilité »

Benoît Hamon s’adresse ainsi directement aux jeunes générations qui ne se retrouvent plus dans les arguments du Parti socialiste actuel et revient sur la nécessité d’apporter de nouvelles idées, un nouveau souffle. « J’ai débuté cette campagne à 7 ou 8% dans les sondages, et je pense que ça apprend l’humilité ! Et ça devrait l’apprendre à tout le monde. Ce qui me donne de la force, c’est que j’ai vu beaucoup de jeunes actifs s’emparer de cette élection »

 

Benoît Hamon est satisfait des résultats de la veille et se prépare au combat pour le second tour. L’unique débat de cette semaine entre les deux candidats de gauche, sera diffusé le mercredi 25 janvier à 21 heures. Peu importe le résultat des primaires, dimanche prochain, Benoît Hamon n’envisage pas de se désister pour qui que ce soit !  

« Si je suis choisi, j’aurais la légitimité du peuple de gauche. Je n’aurais pas été désigné par un appareil mais par les citoyens ».