A peine investi, le 45e président des Etats-Unis a fait ses premières annonce. Obamacare, environnement… son mandat est lancé !

Quelques heures après l’investiture de Donald Trump, la Maison Blanche a annoncé l’abandon de la politique de réduction des énergies polluantes ou encore la reprise des forages de pétrole et de gaz de schiste.

 Premier pas contre l’ObamaCare :

Dès son entrée à la Maison Blanche, Donald Trump a signé un décret contre l’ObamaCare, la loi sur l’assurance maladie, comme promis lors de sa campagne. Le texte ordonne aux différents ministères (« agences fédérales » aux Etats-Unis) de « soulager le poids » de cette réforme. Comprenez, le nouveau président exige que son administration utilise tous les moyens qu’elle a pour ne pas appliquer cette loi emblématique de la présidence de Barack Obama. Cette loi devrait être abrogée.

Du changement sur le site de la Maison Blanche :

Réchauffement climatique et LGBT ? Y’a plus ! Toutes mentions au réchauffement climatique ont été supprimées du site de la Maison Blanche, comme la page dédiée aux droits LGBT (Lesbiennes, gay, bisexuels et transexuels).

Reprise des forages de gaz de schiste

Donald Trump s’est engagé à « éliminer les politiques non nécessaires et nuisibles tel le plan d’action pour le climat et les eaux ». La Maison Blanche a aussi annoncé la reprise des forages des gaz et pétroles de schiste. Selon cette dernière les réserves sont estimées à 50 000 milliards de dollars. Des annonces peu étonnante à la vue de ses propos sur le réchauffement climatique durant sa campagne, qu’il disait être un concept « créé par et pour les Chinois pour empêcher l’industrie américaine d’être compétitive ». A noter que rien n’a été dit sur les accords de Paris.

Une renégociation des accords commerciaux d’Amérique du Nord :

« Le président Trump veut renégocier l’Aléna (Accord de libre-échange nord-américain N.D.R.L). Si nos partenaires refusent une négociation qui apporte aux travailleurs américains un accord équitable, alors le président avertira que les Etats-Unis ont l’intention de quitter l’Aléna ». Cet accord entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique était entré en vigueur en janvier 1994. Selon Donald Trump ce dernier encouragerait les délocalisations d’emplois manufacturés au Mexique.