Le 16 janvier, le gouvernement mexicain a révélé une affaire qui fait scandale. Les faits font froid dans le dos : Miguel Angel Yunes Linares, gouverneur de l’Etat mexicain de Veracruz, a avoué que le Secrétariat à la Santé de l’Etat avait administré de l’eau distillé à la place du traitement de chimiothérapie d’enfants atteints du cancer.

En réalité, l’affaire n’est pas récente. Selon le Huffington Post, les faits auraient été découverts en 2011, lorsqu’une infirmière réalise que le produit injecté à un patient avait une drôle de couleur. Pourtant, le gouvernement a choisi de se taire durant six années. « Nous avons eu le résultat d’un laboratoire qui a indiqué que le médicament administré à des enfants pour leur chimiothérapie, n’était en fait pas un médicament, mais un composant inerte, de l’eau distillée« , a déclaré Yunes.

Une enquête est toujours en cours

Le gouverneur de Veracruz a également déclaré qu’il était encore impossible de savoir combien de patients avaient été touchés, ni de définir la période sur laquelle les fait ont eu lieu.A ce jour, l’enquête a établi que trois des entreprises fournissant les médicaments seraient liées à un député du PRI, Jorge Carvallo. Pour rappel, le PRI est le parti de Javier Duarte, l’ancien gouverneur de Veracruz, en fuite depuis octobre 2016, suite à des accusations de corruptions. Forcément, son successeur n’a pu être au courant de ce scandale sanitaire que récemment.
Les entreprises visées n’ont toujours pas donné d’explications à ce qui s’apparente à une erreur. Le gouverneur Yunes a assuré que l’enquête irait jusqu’à son terme, et que les coupables seraient bientôt démasqués.