Le déficit budgétaire de l’Etat a baissé un peu plus que prévu en 2016, ont annoncé Michel Sapin et Christian Eckert, le Secrétaire d’Etat au Budget. Il s’élèverait à 68,98 milliards d’euros, contre les 69,9 milliards d’euros prévus par le gouvernement lui-même. 

Ces chiffres n’ont jamais été aussi bas qu’en 2008. Mais cette baisse s’explique aussi par la diminution des intérêts de la dette. « Un milliard ce n’est pas rien, sachant que c’est le budget de l’Etat qui porte la quasi-totalité des baisses d’impôt pour les ménages (…) et des baisses de charges » pour les entreprises, a déclaré Michel Sapin, ce mardi 17 janvier.
L’objectif de 3,3% de déficit par rapport au PIB pourrait donc se concrétiser. « Le très bon résultat pour 2016 renforce les arguments qui laissent penser que nous atteindrons l’objectif de déficit public », a affirmé le ministre des Finances. Le chiffre définitif, lui, ne sera connu que le 24 mars. Optimiste, Michel Sapin a même prévu de ramener le déficit public à 2,7% pour l’année 2017.

« Les dépenses du budget général ont été maîtrisées »

Malgré tout, les dépenses de l’Etat ont baissé de près de 6 milliards d’euros depuis 2012, permettant ainsi une réduction de 17,3 milliards d’euros du déficit budgétaire. Mais il faudra encore du temps pour atteindre les 294,8 milliards d’euros de dette. Christian Eckert a d’ailleurs insisté sur ces baisses et ironisé sur les critiques formulées durant les derniers mois, « Dire que les dépenses de l’Etat explosent, comme le dit parfois l’opposition, c’est une ânerie », avant d’ajouter, « Pour la troisième année d’affilée, on fait mieux que prévu ».

Cependant, cet espoir de déficit public sous la barre des 3% pour l’année 2017, pourrait être remis en cause par l’élection présidentielle. En effet, plusieurs candidats, comme Benoît Hamon ou Arnaud Montebourg ont affirmé qu’ils ne respecteraient pas cet objectif, y compris au sein de la majorité.