Vous vous rappelez de ce son qui crépite? De vos sens qui s’éveillent lorsque le diamant entre en contact avec le vinyle? De ce son unique et authentique? Les vinyles font toujours autant vibrer le coeur des toulousains, et ce n’est pas une coïncidence puisque Toulouse est la deuxième ville de France comptant le plus disquaires.

Qui aurait cru que le vinyle se porterait aussi bien? Dans les années 90, le vinyle est boudé et le CD lui vole la vedette. Ce disque vintage se retrouve alors abandonné dans un grenier, une cave, ou vendu à un prix dérisoire. Et pourtant, depuis quelques années maintenant, le vinyle revient en force. Le CD ne séduit plus, le MP3 ne rapporte pas assez, la nostalgie a pris le dessus, et certains vinyles valent aujourd’hui une petite fortune.

A Toulouse, le vinyle est partout !

Pourquoi la Ville rose est autant attachée au vinyle? Plusieurs explications possibles : la nostalgie, la culture, ou tout simplement la passion, comme l’explique Mayeul Irlinger, disquaire.
Aussi, de nombreux événements sont organisés autour du vinyle : des conventions, des salons ou tout simplement des vide-greniers. Par exemple, le « Disquaire Day« , journée consacrée aux disquaires indépendants, a rencontré un véritable succès auprès du public toulousain. Plusieurs clients rencontrés chez  « Bullit« , disquaire du centre-ville de Toulouse, expliquent qu’ils préfèrent acheter leurs vinyles chez le disquaire pour découvrir de nouveaux artistes, pour chiner, et avoir de bons conseils.

Toulouse a une forte culture musicale, alimentée par ses artistes locaux, comme Big Flo & Oli, Jain ou Claude Nougaro; et par ses scènes, comme le Bikini, considérée comme l’une des meilleures salles d’Europe.
Le vinyle devrait avoir encore de beaux jours devant lui, et devrait faire crépiter les coeurs des toulousains pour longtemps.

Pour ceux qui voudraient commencer une collection de vinyle, voici une carte des disquaires présents à Toulouse :