La loi sur la transition énergétique est lancée et elle interdit désormais l’usage de produits phytosanitaires dans les espaces publics. Pas d’inquiétude à Toulouse, la municipalité est prête à relever le défi.

Depuis le 1er janvier 2017, la loi sur la transition énergétique voulue par le gouvernement est entré en vigueur. Première grosse mesure pour les communes françaises en ce début d’année: relever le défi « zéro phyto ». En gros, dorénavant interdiction pour Toulouse, et toutes les villes françaises, d’avoir recours à des produits phytosanitaires dans l’entretien de ses espaces publics. Ainsi, plus de désherbants chimiques ou de pesticides, tout devra être entretenu dans le respect de l’environnement. Le but: protéger la santé des toulousains et des agents communaux, ainsi que l’environnement.

« Selon une étude de l’Organisation mondiale de la santé, les pesticides sont à l’origine d’un million d’empoisonnements graves dans le monde chaque année et de 220 000 décès, indique Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole. La biodiversité également est fortement impactée : insectes, oiseaux, disparition des pollinisateurs, etc. »

Une initiative favorable en tout point, mais qui nécessite tout de même énormément d’organisation de la part des mairies. Ainsi, pour faire face à cette interdiction, Toulouse a prévu de changer son mode d’entretien. Des balayeuses à brosse plus dure, des outils de taillages ou encore privilégier des plantes qui demandent peu d’entretien sont ainsi quelques unes des alternatives voulues par la mairie.

Pour l’instant cette mesure ne s’applique qu’aux municipalités mais elle devrait s’appliquer également aux particuliers courant 2019.