Auteur : Alison Perret

[ ENQUETE ] Burn-out, « Je suis au fond du gouffre, je veux me sortir de là »

 » Je ne suis pas heureuse d’aller travailler, j’ai la boule au ventre quand je me lève, parfois, je n’en dors pas ! Se réveiller à 2 heures du matin, en se grattant partout à cause des nerfs et du stress … Je n’en peux plus, il faut que je me sorte de là » Frédérique travaille depuis 4 ans dans une société de nettoyage, la pénibilité de la tache l’amène à avoir des horaires de travail peu pratique. De 5h30 à 13h, et même parfois jusqu’à 17 heures. Un boulot répétitif et fatiguant, qui entraîne des douleurs physiques.  »...

Lire l'article

Burn-out « Je ne suis pas heureuse d’aller travailler, il me tarde de sortir de là »

« Il y a quinze jours, j’étais au fond du gouffre. J’avais plus envie de rien, plus envie de sortir… Et les vacances sont arrivées. J’ai pu souffler » Frédérique travaille depuis 4 ans dans une société de nettoyage, la pénibilité de la tache l’amène à travailler de 5h30 à 13h, et même parfois jusqu’à 17 heures. Un boulot répétitif et fatiguant, qui entraîne des douleurs physiques.  » J’ai eu des douleurs physiques oui, une tendinite au bras. À cause des gestes répétitifs, c’est aussi pour ça que j’ai ralenti le rythme » explique-t-elle. Son travail ne la satisfait plus, et Frédérique souhaite changer...

Lire l'article

De l’épuisement professionnel au burn-out, 150 000 cas par an

L’enquête sur le burn-out continue, et aujourd’hui place aux chiffres pour comprendre un peu mieux combien cette maladie touche les Français. Le burn-out, d’où ça vient ? Les prémices du mal-être professionnel viennent du psychiatre français Claude Veil. Il a introduit le concept d’épuisement professionnel dans l’histoire médicale en 1959. Puis, le terme de burn-out professionnel est arrivé grâce à Herbert Freudenberger, le psychanalyste allemand. C’est en 1971 que le psychanalyste a utilisé ce terme, pour décrire la perte d’enthousiasme de bénévoles consacrant leur temps à aider des usagers de drogues dures. Selon l’enquête de l’institut Think pour Great...

Lire l'article

Cybelle, aide-soignante, « tu viens au travail et tu pleures, c’est pas normal »

Cybelle, 35 ans, mère de famille, est aide-soignante depuis 10 ans dans la même clinique. Après deux arrêts maladie pour burn-out, elle a accepté de revenir sur cette étape éprouvante de sa vie professionnelle. « Je vais au travail la boule au ventre » Depuis le changement de direction en 2014, les conditions de travail n’ont plus été les mêmes, à la clinique des Pyrénées, « tout a changé en même temps » explique l’aide-soignante.« Depuis, on nous surveille dans les couloirs, la direction est toujours sur notre dos et dès qu’une équipe s’entend bien, elle est changée » raconte-t-elle. Avec cette ambiance au...

Lire l'article

Karine Fery, fondatrice de SOS au travail, « Soulager et pouvoir aider »

« Rompre la solitude, être à l’écoute et être bienveillant », c’est la ligne de conduite de cette nouvelle plateforme d’écoute : « Sos au travail ».  Dans le cadre d’une enquête sur le burn-out, nous avons rencontré la fondatrice, Karine Fery. Elle souhaite venir en aide à ceux qui traversent une période de mal-être professionnel.  Selon le guide de prévention de la Fédération des intervenants en risques psychosociaux (Firps), édité en 2015, les origines de ce mal-être viennent de quatre facteurs principaux : une exigence émotionnelle trop importante, l’intensité du travail, une mauvaise qualité des rapports sociaux et une insécurité...

Lire l'article