Mardi, 20h45, tous les amoureux du ballon rond auront les yeux devant leurs écrans. Le choc tant attendu opposant le Real Madrid et le Paris Saint-Germain occupe l’esprit de tous les fanatiques de football. Depuis maintenant 3 semaines, la presse sportive n’évoque plus que cette confrontation retour, qui s’annonce tendue après un résultat favorable pour les madrilènes (3-1) au mythique Santiago Bernabéu. Cependant, pour le club parisien il reste encore un espoir. L’espoir tant voulu depuis plusieurs années. L’espoir de se qualifier à la fin du match le plus important de l’ère Qatari. Mais pour cela le PSG devra, au Parc des Princes, faire le match parfait.

SANS NEYMAR, SANS MARQUINHOS, SANS ESPERANCE ?

Durant le classique PSG-OM (3-0) qui s’est déroulé dimanche dernier, le club de la capitale a perdu sa recrue phare suite à une chute mal négociée. Le brésilien Neymar.Jr, après examens, souffre d’une entorse de la cheville et d’une fracture du métatarse, l’obligeant à subir une opération chirurgicale au Brésil qui a eu lieu hier. Il sera écarté des terrains pour une période de 2 mois à minima.
De son côté Marquinhos, ressentant des douleurs à la cuisse à la fin de ce même match. Plusieurs sources affirment que sa présence mardi est mise en cause.
Malgré cela, le mercato parisien aura permis à l’effectif de s’accroître, lui offrant des remplaçants non négligeable. À l’instar de Di Maria/Draxler pour compenser l’absence du numéro 10, et de la pépite Kimpembe pour remplacer le défenseur central. Mais cela sera- t-il suffisant face au double tenant du titre ?

DI MARIA, LE MATCH DE SA VIE

Pourtant peu utilisé lors de la première partie de saison, El Fideo, affiche un niveau hors norme depuis la rentrée 2018 avec 10 buts et 9 passes décisives TCC. Mais mardi, c’est un Di Maria exceptionnel que le public du Parc des Princes veut voir. À l’image de sa prestation contre le FC Barcelone le 14 février 2017, ou plus symboliquement lors de ses années madrilènes. Sa forme actuelle, son expérience des gros matchs et sa soif de revanche face à son ancienne équipe peuvent jouer un grand rôle dans la mission du PSG. Cependant il faudra faire les bons choix et rester lucide.

PEUVENT ILS CRÉER L’EXPLOIT ?

Le PSG jouera gros, très gros ce 6 mars. L’occasion rêvée d’envoyer un message fort à la stratosphère du football, de remettre les points sur les i suite aux désillusions passées et de s’affirmer enfin comme l’un des plus grands. Les 90 (et plausible 120) minutes seront difficiles, mais l’histoire et l’expérience nous auront appris, qu’avec le Paris Saint-Germain, le club peut se détruire tout seul comme il peut rêver plus grand.

Gregory Barreiro