Alors que les discussions duraient depuis maintenant plusieurs mois, Canal + a finalement décidé de couper court aux négociations en annonçant jeudi soir l’interruption de la diffusion de toutes les chaînes du Groupe TF1.

Ce vendredi, Free annonçait qu’il pourrait bientôt faire de même, alors qu’un bras de fer avec Orange est engagé. Pourquoi la première chaîne européenne est-elle en guerre contre tous ses diffuseurs ?

Les raisons de la séparation

TF1 a mis en avant sa nouvelle offre « TF1 premium », qui propose de nouvelles fonctionnalités et permet aux fournisseurs un accès internet, câblo-opérateurs et opérateurs satellites. De son côté, Canal + fait valoir que « TF1, TMC, TFX, TF1 Séries Films et LCI occupent des fréquences nationales relevant du domaine public qui leur ont été octroyées gratuitement. D’autre part, TF1 bénéficie d’avantages réglementaires propres aux chaînes gratuites, dont la possibilité de diffuser en exclusivité des événements sportifs majeurs comme la coupe du monde de football qui doivent être accessibles à tous ». Le groupe TF1 dénonce cette décision jugée extrême qui prive les abonnés des services qui leurs étaient accordés en interrompant la diffusion de ses chaines sur le groupe Canal +.

Résultat de recherche d'images pour "canal +"

Les locaux de Canal +

Une décision qui engendre des mécontentements

Peu de temps après cette séparation inattendue, les réactions ne se sont pas fait attendre. « Pour les personnes qui profitent de TF1 via CanalSat depuis des années, c’est très frustrant », nous confie Sébastien Holar, un citoyen toulousain de 37 ans. « C’est d’autant plus énervant pour nous que pour ces grosses entreprises. TF1 risque de perdre de l’audience ce qui aura forcément une répercussion sur la publicité. Canal + risque également une perte d’abonnés alors qu’ils ne sont déjà pas en forme à cause des nombreuses résiliations depuis 1 an ». Certains utilisateurs déçus pourraient, en effet, se tourner vers d’autres distributeurs, tels que Bouygues ou SFR, qui ont accepté l’accord que leur proposait TF1. Le groupe est, cependant, encore en négociation avec Orange et Free

Romain Luspot