40 cas de rougeole recensés en Occitanie ! C’est le chiffre avancé par l’Agence Régionale de Santé. L’Aveyron, mais aussi la Haute-Garonne, l’Ariège, le Tarn, l’Hérault et le Gard sont les départements les plus touchés par l’épidémie.

Un patient porteur du virus peut potentiellement en contaminer 20. Voilà un chiffre qui fait réfléchir. Si de nombreux moyens de prévention existent la seule protection efficace reste encore le vaccin chez l’enfant comme chez l’adulte. Une campagne nationale a d’ailleurs été lancé et est toujours en cours, jusqu’au 18 février prochain. Si pour les plus jeunes, 6 – 2 mois, le vaccin fait partie du célèbre ROR (Rougeole Oreillons Rubéole), tous les adultes ne sont pas forcément protégés. Un manque à pallier. Pour ce faire, une vérification de son statut vaccinal est essentielle. Les 2 doses doivent être à jour pour une protection optimale. Mais aujourd’hui, dans ce contexte d’épidémie, une dose sera déjà une première barrière à la contamination.

En métropole, entre le 1er novembre 2017 et ce jeudi 15 février pas moins de 269 cas de rougeole ont été confirmé. Parmi eux 4 ont nécessité un processus de réanimation. Une jeune femme de 32 ans est même décédée des suites de la rougeole au CHU de Poitiers a annoncé l’Agence régionale de Santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine.

Une transmission par voie orale

Si une forte fièvre (supérieure à 38,5°C), une toux persistante, des symptômes de rhinite ou autre conjonctivite persistent, la consultation d’un professionnel de santé est fortement recommandée. La rougeole est principalement transmise via une personne déjà infectée. Elle se propage par voie aérienne (toux, éternuement).

 

 

Comment lutter efficacement contre la rougeole de Régis Daro