Le patineur de vitesse japonais Kei Saito est le premier cas officiel de dopage des JO de Pyeongchang. Il a quitté le village olympique.

La nouvelle a été annoncée ce mardi 13 février 2018, par le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) qui est saisi de l’affaire. Kei Saito, spécialiste du short-track, a été contrôlé positif à l’acétalozamide, un produit diurétique considéré comme masquant, durant un test hors-compétition.

L’athlète de 21 ans, qui a participé au 1500m (short-track) samedi, et qui était prévu comme remplaçant sur le relais 5000m ce mardi, a quitté le village olympique. Il a accepté d’être « provisoirement suspendu », d’après le TAS, qui précise qu' »aucun des résultats enregistrés pendant les Jeux n’a été affecté ».

Le comité national olympique japonais n’a pas officiellement réagi à ce cas. Il a toutefois fait savoir qu’il tiendrait une conférence de presse, à la mi-journée à Pyeongchang. Kei Saito est le premier Japonais contrôlé positif pendant des Jeux d’hiver,