Les Jeux Olympiques de Pyeongchang 2018 battent leur plein. Mais les mauvaises conditions météorologiques sont également de la partie. Les chutes sont parfois inévitables pour les sportifs. L’Histoire des Jeux d’Hiver a vu défiler de nombreux athlètes victimes d’une bonne « boîte », dans le jargon des skieurs. Voici cinq chutes spectaculaires faites lors des JO.

5 – Steven Bradbury, la médaille improbable

Parvenu à la finale à cinq, Steven Bradbury se tenait à la marge et, à mesure des progrès de la course, ses chances s’amenuisaient après chaque tour. Alors que les quatre premiers entamaient leur dernier tournant, le Chinois Lia Jiajun tenta un audacieux dépassement sur le flanc d’Ohno, ce qui les envoya tous les deux sur la glace entraînant le Canadien Mathieu Turcotte et le Coréen Ahn Hyun-soo dans leur chute. L’enchevêtrement de bras, de jambes et de patins laissa la voie libre à un Bradbury pas autrement perturbé qui franchit la ligne d’arrivée sans concurrence, ce qui lui valut la plus inattendue des médailles d’or.

 4 – Le vol plané d’Anja Pärson à Vancouver

Le 17 février 2010, à Whistler, au Canada, à l’occasion des Jeux olympiques de Vancouver, la Suédoise Anja Pearson s’écrase au sol après un vol plané bien involontaire de plus de 60 mètres. L’impact est d’une incroyable violence, mais la blonde Suédoise est du genre balaise et le lendemain, le visage méchamment tuméfié, elle prend la troisième place du combiné. C’est donc avec un sourire abîmé qu’elle grimpe sur le podium olympique.

3 – Carole Montillet et sa chute spectaculaire en Super G

Le lundi 13 février 2006, aux Jeux olympiques de Turin, la française Carole Montillet s’arrache tout le verni du visage pendant l’entraînement de la descente. Après avoir perdu le contrôle à la réception d’un saut, elle termine inconsciente dans les filets. La face complètement tuméfiée, le kiné de l’équipe de France est obligé de lui mettre du scotch sur les paupières pour qu’elle puisse ouvrir les yeux entre ses plaies et ses bosses. Carole Montillet prend finalement la 28e place de la course avant de terminer 5e du Super G.

2 – A Nagano, Hermann Maier glisse dans les filets

Lors des Jeux Olympiques de Nagano, en 1998, Hermann Meyer s’élance dans la descente. Dans un virage, il perd le contrôle et ses skis font « un soleil ». Projeté sur plus de cent mètres, il s’écrase contre les barrières de sécurité… et s’en sort indemne ! Quelques jours plus tard, l’Autrichien décroche deux médailles d’or en Super G et en Slalom. Le surnom d’Hermann Mayer ? « Herminator ».

1 – Le crash fatal de la luge de Nodar Kumaritashvili

L’athlète géorgien terminait sa sixième – et dernière – descente d’entraînement au moment de la tragédie survenue le 12 février au Centre des sports de glisse de Whistler. Kumaritashvili a mal négocié la courbe 15 et a par la suite tenté de négocier la courbe 16 de façon trop serrée. Normalement, il aurait pu tomber sans trop de conséquences. Mais deux événements ont modifié l’ordre des choses. D’abord, le lugeur a touché la glace de la piste avec le gant de sa main droite. Puis, la force gravitationnelle a exercé une pression vers le bas d’une partie de son corps. Sa luge s’est soulevée, se transformant en véritable catapulte.