Particulièrement impressionné par le défilé militaire du 14-juillet dernier sur les Champs-Elysées auquel il avait été convié par Emmanuel Macron, Donald Trump voudrait lui aussi instaurer cette tradition aux États-Unis. Le chef d’État américain a officiellement formulé sa requête via un communiqué à la Maison Blanche.

La France, source d’inspiration pour le chef d’État américain ! En effet, comme nous vous l’avons annoncé plus haut, Donald Trump ne serait pas contre l’instauration d’un défilé des forces militaires étasuniennes le 4-juillet, jour de la déclaration de l’indépendance des États-Unis. Ce défilé serait l’occasion pour le milliardaire d’exposer aux yeux du monde son rôle de commandant en chef des armées, un « coup » médiatique qui ne laisserait certainement pas indifférent les fervents partisans de Donald Trump et de son fameux slogan : « Let’s Make America Great Again » – traduisez cela par : Faisons de l’Amérique un pays formidable de nouveau. Le Pentagone a également confirmé qu’il était « en train de régler des points précis ».

« Le président Trump est complètement solidaire des militaires qui risquent leur vie chaque jour pour garantir la sécurité de notre pays. Il a demandé au département de la Défense d’étudier la création d’une cérémonie au cours de laquelle tous les Américains pourront exprimer leur reconnaissance » Sarah Sanders – Porte-parole de la Maison-Blanche.

Trump impressionné par le défilé du 14 juillet

Invité d’honneur du président Macron en juillet dernier à Paris, Donald Trump avait pu assister, avec sa compagne Mélania, au traditionnel défilé des forces armées françaises sur les Champs-Elysées. Un défilé qu’il avait d’ailleurs qualifié de « formidable », avouant alors qu’il serait très enclin à créer un événement semblable sur le territoire étasunien. Cette nouvelle a été accueillie avec scepticisme par l’opposition américaine représentée par le démocrate Jim McGovern, qui s’est exprimé : « Quel gaspillage d’argent absurde ! Trump se conduit plus comme un dictateur que comme un président ». Très critiqué, Donald Trump aurait alors été accusé d’être à la tête d’un régime autocratique.