C’est une pratique répandue dans le monde entier. Au total, on dénombre trois millions de jeunes femmes qui subissent chaque année des mutilations sexuelles. L’ONU a instauré le 6 février comme la journée mondiale contre l’excision.

D’après les derniers chiffres publiés par l’Organisation des Nations unies en 2016, 200 millions de filles et de femmes vivent excisées dans le monde. Dans beaucoup de pays cela est considéré comme un crime, dans d’autres cette mutilation reste impunie. 
En France, l’excision est considérée comme un délit grave. Il est passible de dix ans d’emprisonnement dans les cas les plus graves. Cependant, on estime néanmoins à 60 000 le nombre de femmes excisées sur le territoire.

Qu’est-ce que l’excision ?

L’excision est une mutilation que l’on fait subir à des filles en bas âge, souvent vers leurs 4-5 ans. Elle consiste à faire une ablation des lèvres extérieures du vagin et du clitoris, puis à recoudre. La plaie est ensuite réouverte lors du premier rapport sexuel. Souvent pratiquée par des chamans ou des médecins de campagne sans anesthésie, elle entraine non seulement l’absence de plaisir sexuel mais des douleurs chroniques à vie. 

Alors pourquoi l’excision ? C’est tout simplement une opération à caractère rituel. Mais également une forme de soumission de la femme, pour la rendre « pure » jusqu’au mariage.

Cette pratique est présente sur la totalité des continents, plus fréquemment de manière rituelle dans de nombreux pays comme l’Egypte, le Soudan, la Somalie, l’Indonésie, le Pérou, l’Inde … Dans certains pays comme la Gambie, le taux de femmes excisées atteint les 50%. Les jeunes filles la subissent dès le plus jeune âge jusqu’à leurs 15 ans. Le plus grand danger étant l’absence de condition sanitaire durant l’opération, la majorité des victimes risquent d’en mourir dans les années qui la suivent. 

Les conséquences liées a l’excision

Ci-dessous nous avons représentés les principaux risques liées aux excision.

les conséquences de l’ excision

L’excision en France

En France on estime à 60 000 le nombre de femmes excisées. D’après les derniers chiffres publiés en 2004, pas moins de trois adolescentes sur dix dont les parents viennent de pays pratiquant l’excision sont menacées d’être excisées.
Sur notre territoire, plusieurs associations tentent de lutter contre ce fléau mondial qui nous touche les femmes du monde entier. On pense à ACZA qui lutte contre la pratique de l’ excision. Ou l’association « Excision, parlons-en« , qui avait lancé une campagne de sensibilisation en 2017.