Deux jeunes toulousaines présenteront leur projet demain à la finale de la Social Cup, à Paris. Cette compétition de l’entreprenariat  social récompense des projets autour du thème du social sur plusieurs sujets. Océane et Mélanie viennent avec dans leurs bagages un projet ambitieux : celui de créer un abris sensoriel pour les personnes atteinte d’handicap psychique et mental.

Tout cela part d’un constat : depuis la loi sur le handicap de 2005, beaucoup d’aménagements urbains ont été créés pour l’accessibilité des personnes handicapées moteur et physique. Mais qu’en est-il des handicaps psychiques ? Pour Océane, il n’y a pas eu autant d’avancées. « On remarque que tous les autres handicaps ont été délaissés. Il y a des obstacles en ville qui sont différents pour les personnes autistes ou trisomiques par exemple. Les nuisances sonores, les odeurs agressives, beaucoup d’entre elles se perdent facilement. Notre but est de construire un dispositif qui les aide à s’apaiser dans ces situations. »

Un abris sensoriel

Et ce dispositif se nommerait « abris sensoriel ». Posé dans la ville, il aiderait des personnes qui développent de l’angoisse dans le milieu urbain à se réfugier dans une sorte de cocon apaisant. Les deux jeunes femmes étant architectes de formation, elles travaillent également avec un ergologue et un ingénieur pour concevoir ce projet. Mais pour l’instant,  il reste au stade de la recherche et des idées. «  Au début on avait pensé à une bulle » explique Océane. « Quelque chose d’enveloppant, qui créé une ambiance à l’aide de lumières et de sons apaisant. Il faudrait aussi qu’il y ait des informations en langage adapté, un bouton d’appel à l’aide. L’objectif serait qu’on puisse d’y réfugier et se sentir rassuré, à l’abris. » Et pour cela, les filles pensent à une démarche particulière. « On veut travailler avec les personnes nécessitantes pour le créer. Les mettre au coeur du processus : qu’elles nous disent ce qu’elles imaginent de cet abris, ce dont elles auraient besoin pour se sentir bien » explicite Mélanie.

La Social Cup pour présenter le projet

Les deux entrepreneuses seront en compétition mercredi 7 février avec onze autres porteurs de projets lors de la Social Cup. Un challenge ! « On sait qu’il y a beaucoup d’innovations technologiques qui sont présentées d’habitude. Nous on amène une innovation sociale, avec une démarche différente. La récompense nous aiderait à développer ce projet et à le prototyper. » Un enjeu important donc, pour un projet de longue haleine. « Cet abris c’est le résultat d’une prise en compte de la démarche sensorielle des aménagements de l’espace et des personnes en état d’handicap psychiques » conclut Océane. « On veut changer le regard que l’on donne aux personnes handicapées. »