Depuis deux semaines déjà, les agriculteurs se mobilisent pour faire valoir leurs droits. Après une première rencontre avec le ministère de l’Agriculture vendredi dernier, un nouveau rendez-vous est prévu ce mercredi 7 février. En attendant, les agriculteurs poursuivent leurs opérations coup de poing. 

Les agriculteurs ne lâcheront rien. Tracteurs, banderoles, fumiers, ils ont envahi et bloqué les routes, mercredi dernier, pour manifester leur colère. Et ils recommenceront demain. « On va maintenir la pression. Si demain aucune proposition ne nous convient, on s’engagera dans une mobilisation à durée indéterminée« , annonce Christian Mazas, président de la FDSEA 31 (Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles).

Ce mardi matin déjà, les agriculteurs ont bloqué l’aéroport de Toulouse Blagnac, avant de quitter les lieux vers 10 heures.


Dans l’après-midi, c’est l’A64 qui a été impactée, au niveau de Capens et dans les deux sens de circulation, par des blocages filtrants.


Les agriculteurs manifestent leur ras-le-bol depuis près de deux semaines

 

De nouveaux points de blocage, mercredi

Dès demain matin, diverses actions, éparpillées dans toute la région toulousaine, devraient voir le jour.

« Je ne suis pas au courant de toutes les opérations, même si je suis président de la Fédération. On a vraiment peu d’information sur ce qu’il va se passer demain. En fait, tout dépendra de l’avancée des négociations et de ce qui sera pressenti », informe Christian Mazas.

Pour le moment, c’est donc le sud de la région toulousaine qui devra faire face, comme le 31 janvier dernier, à des blocages et autres manifestations sur les routes. Mais aucun Toulousain n’est à l’abri. D’autres actions, éparpillées autour de Toulouse, pourraient voir le jour durant la journée.

À lire aussi : Les agriculteurs souhaitent faire réagir l’État

Une nouvelle réunion pour de nouvelles négociations

Vendredi dernier, une première rencontre avec le ministère de l’Agriculture a donné lieu à des échanges pour le moins tendus. « Il semblerait que nos demandes aient enfin été prises en considération. Mais aucune carte n’a été présentée », rapporte les syndicats.

Un second rendez-vous est alors programmé, demain, dans la journée :

« Nous ne connaissons pas encore l’heure exacte, mais cela se fera certainement vers 18 heures, indique Christian Mazas. Cette fois-ci, on espère que le ministre présentera une carte qui contient les propositions que nous avons abordées. »

En tout cas, si les agriculteurs n’obtiennent pas gain de cause, ils assurent poursuivre leur mouvement, de façon certainement plus intense. « Tout va se jouer lors de cette seconde entrevue. En fonction des informations rapportées par Paris ou par nos députés, on décidera des actions futures.«