Ce samedi 3 février, débute la fête de la violette à Toulouse. Une fête qui rend hommage à la fleur emblématique de la Ville rose et qui s’étale sur tout le week-end.

« L’amour est un bouquet de violettes » chantait Luis Mariano. Une jolie fleur qui faisait le joie de Toulouse dès la deuxième partie du XIXe siècle. Malheureusement, l’hiver 1956 aura eu raison de la mignonne. Un froid rude et ravageur qui a l’époque n’a laissé aucune chance à l’emblème toulousain. Aujourd’hui, il est difficile de trouver un bouquet de violettes dans le Ville rose. Ce joli bourgeon n’est plus qu’un symbole que l’on aperçoit surtout sur les tables des restaurants de la région.

Une fête qui perdure l’amour de la violette

Une violette à fleur double qui peut compter jusqu’à 40 pétales de couleur mauve, ourlés de blanc dans leur tiers inférieur. C’est cela que l’on nomme la violette de Toulouse. En déclin aujourd’hui, la violette qui a fait les beaux jours de la ville est fêtée. Un évènement qui se déroule le 3 et 4 février. Un hommage qui aura notamment lieu place du Capitole. Il sera, en effet, possible d’admirer des spécimens de la collection labellisée au plan national et cultivée dans les serres municipales avec des violettes issues des quatre coins du monde.

Des jardiniers et des spécialistes animeront le week-end. Pour les amoureux de jardinage, des ateliers de rempotage de stolons de violettes et de plantation de bulbes animés par les employés municipaux auront lieu. Mais aujourd’hui la violette est surtout un met d’exception. Les gourmands auront donc la chance de déguster la fleurette. Bonbons, thés, confiture et multiples spécialité à la violette attendent les curieux.

Pour tous les amoureux de cette gloire passée profitez de ce week-end pour rendre hommage à cet emblème de la ville qui lui a valu le surnom de Cité des Violettes.  Véritable symbole de chance et d’amour qui s’offrait à tous vas.

 

Derrière cette longue tige et ces pétales foisonnants, se cache une histoire peu commune. Une histoire rattachée à Toulouse, que le24heures.fr vous contera aujourd’hui.