Pendant la mobilisation nationale contre la sélection à l’entrée de l’université, étudiants et professeurs en ont profité pour rappeler qu’ils étaient contre le projet d’intégration de l’université Paul-Sabatier, Jean-Jaurès et deux écoles d’ingénieurs toulousaines en une université fédérale. Pour eux, il s’agit d’un projet de fusion à des fins économiques et non éducatives. Daniel Lacroix, président de l’université Jean-Jaurès parle, quant à lui, de « financement de projet et de collaboration », grâce à l’IDEX (initiative d’excellence, 25 millions d’euros de dotation annuelle). Le dialogue sociale est rompu. Un mur semble s’être érigé entre les syndicats et l’administration.