Les élèves de l’Université Toulouse II Jean-Jaurès ont manifesté ce jeudi 1er février 2018 depuis 6 h du matin. Dans l’après-midi, ils ont défilé dans les rues de Toulouse afin de faire part de leur mécontentement à l’encontre du projet de fusion des universités toulousaines, l’Initiative d’excellence (Idex) et Parcours Sup.

Étudiants et membres du personnel gréviste ont bloqué l’accès aux bâtiments de la faculté tôt ce matin de façon artisanale à l’aide de tables, de chaises, ou encore de palettes empêchant donc le bon fonctionnement et l’établissement. Cette grève cristallise les tensions à propos de la future réforme de l’éducation l’État nommée « Plan Étudiant » et la sélection des élèves sur dossier à l’université, mais aussi sur le plan de fusion des universités toulousaines.

Étudiants et personnel se disent trahis par le directeur de l’établissement, Daniel Lacroix qui, à l’issue d’un vote démocratique dans lequel il était question de l’acceptation du projet en question où le « non » l’a majoritairement emporté, a voté favorablement au rapprochement. Une assemblée dans laquelle une nouvelle date de blocage a été décidée (mardi 6 février 2018) a eu lieu dans le grand amphithéâtre, rempli pour l’occasion, à 10 h.


En ville aussi, les étudiants ont manifesté

Les manifestants contre la future réforme de l’éducation et le projet de fusion des universités de Toulouse sur le pied de guerre au centre-ville / Crédit : Rémi Salvayre

Armés de pancartes et de banderoles, les étudiants ont manifesté durant l’après-midi dans les rues du centre ville toulousain. Selon les forces de police, près de 1 500 manifestants étaient présents lors de l’événement.