À l’occasion de l’assemblée générale de son club à Bergerac le 21 janvier dernier, le double champion du monde Stany Delayre a annoncé la fin de sa carrière, mettant un terme à treize années de haut niveau.

Une carrière mouvementée

Le sportif a eu un parcours mouvementé, il a connu la douleur, la déception, la joie, la victoire et puis… le succès. C’est aux côtés de son coéquipier de toujours, Jérémie Azou, que le Bergeracois se révèle en 2010, où il devient vice-champion du monde en quatre de couple poids léger. Les deux rameurs, inséparables, remportent en 2012 leur première épreuve de Coupe du monde à Lucerne, en Suisse. Ils enchaînent, en 2014, avec les Jeux Olympiques de Londres. Malgré leur statut de favoris, Stany Delayre et Jérémie Azou échappent au podium et pointent à la quatrième place. Un incident au départ dans le bateau britannique perturbe le déroulement de la course. Un coup dur pour le duo qui voit le mauvais sort s’acharner puisque l’année suivante, Stany est victime d’une grave blessure au dos lors d’un l’entraînement. Il a failli ne plus jamais remonter sur un bateau.

Mais les deux sportifs au mental d’acier n’en démordent pas, et force d’entraînement et de détermination, finissent par enchaîner les victoires. Ils sont champions d’Europe en 2013, 2014 et 2015. La consécration arrive la même année avec un premier titre mondial toujours en deux de couple poids léger, catégorie où les rameurs règnent en maîtres. Stany obtient sa deuxième médaille d’or mondiale en quatre de couple poids léger l’année dernière, à Sarasota, en Floride.

« J’étais fatigué, aussi bien mentalement que physiquement »

Après un tel parcours, c’est avec beaucoup d’émotion que Stany Delayre a annoncé, dimanche 21 janvier au Sport Nautique de Bergerac, la fin de sa carrière sportive. Une décision « mûrement réfléchie » qui se profilait depuis quelques temps.

« Ça fait un moment que je pensais arrêter. Ce n’est pas facile après treize années de haut niveau. J’étais fatigué, aussi bien mentalement que physiquement, explique le sportif. J’ai eu pas mal de blessures au cours de ma carrière, c’était à chaque fois de plus en plus difficile pour revenir. Et puis, il y a aussi le fait que j’étais loin de mes proches », ajoute-t-il.

Le Bergeracois rend les armes en laissant derrière lui le souvenir d’une belle carrière et surtout, un beau palmarès : cinq titres de champion du monde dont deux médailles d’or, quatre titres de champion d’Europe dont trois médailles d’or et dix titres de champion de France, dont quatre médailles de bronze, cinq médailles d’argent et une médaille d’or.

« Je ne vois pas ce que j’aurais pu apporter de plus, j’ai fais le tour » confie le champion, qui a de nouveaux projets en perspective. Jusqu’alors entraîneur au Sport Nautique de Bergerac, à trente ans, il va devenir le responsable sportif. Il compte également se consacrer davantage à sa famille, son soutien de toujours.

À cette occasion, voici la rediffusion du reportage sur Stany Delayre réalisé en décembre dernier.