Alizé Cornet, sous le coup d’une procédure disciplinaire pour trois manquements à des contrôles antidopage inopinés, ne sera pas de la partie lors du premier tour de la Fed Cup, face à la Belgique.

C’est un coup dur pour l’équipe de Fed Cup de l’entraîneur Yannick Noah. La numéro 3 française, ne participera pas à la rencontre face à la Belgique les 10 et 11 février prochains. C’est dans un communiqué que la FFT (Fédération française de tennis) a annoncé cette nouvelle. En effet, la native de Nice fait l’objet d’une procédure disciplinaire pour « infraction aux règles régissant la lutte anti-dopage, en l’espèce trois non-présentations lors de contrôles inopinés ces douze derniers mois ».

En effet l’AMA (Agence Mondiale Antidopage), prévoit que les sportifs d’une fédération internationale ou d’une agence antidopage peuvent être controlés à tout moment et doivent tenir informés de leur localisation. Chaque trimestre, l’athlète doit indiquer un lieu où il sera libre pour un contrôle.

Le code mondial antidopage est clair et pour trois manquements à des contrôles inopinés, Alizé Cornet risque une suspension de 24 mois, réduite de moitié selon le degré de la faute.

Hier soir dans la soirée, la Française a réagi sur son compte Twitter :

 

 

La fédération internationale a entendu les arguments de la joueuse

L’ITF (International Tennis Federation) a affirmé avoir entendu, ce jeudi, les explications d’Alizé Cornet suite à son manquement à trois contrôles antidopage inopinés, comme le révèle l’Equipe.

La fédération internationale a ainsi déclaré : «contrairement à ce qu’implique la déclaration de Mlle Cornet, selon laquelle les « raisons valables » de son indisponibilité n’ont pas été entendues, le processus qui inclut le droit à une évaluation indépendante a été suivi dans les trois cas».

 

La Française (42e au classement WTA) est éliminée au troisième tour de l’Open d’Australie par Elise Mertens. Elle sera entendue durant le mois de mars dans le cadre d’une audience, comme expliqué dans son message sur Twitter.