Depuis 10 ans, ce rendez-vous musical n’en finit pas de séduire les Toulousains. 

 

La lumière est tamisée et le public bien installé. La « pause musicale » peut commencer. Les premiers accords de guitare résonnent à peine que déjà les premières têtes se balancent, l’air satisfait. Il règne une atmosphère « cosy » à la salle du Sénéchal qui, une fois n’est pas coutume, est bondée.

Aujourd’hui, c’est le duo composé de Fred Simon et de Patrick Portales que les Toulousains sont venus écouter avec grand intérêt. Et pour des habitués comme Christiane et Marthe, la « pause musicale » est un rendez-vous incontournable. Les deux amies retraitées ne manquent quasiment jamais cette occasion « de découvrir de nouveaux genres musicaux ». « Il y a bien des fois où on est moins sensibles, mais en général, c’est très, très bien » commente Christiane, le sourire aux lèvres.

Le duo composé de Fred Simon et de Patrick Portales / Jade Letard-Methon

Après chaque chanson, ce sont des applaudissements nourris qui viennent congratuler la performance « jazzgrass » du duo sur scène. 14h30. Déjà la fin de cette parenthèse musicale au coeur de Toulouse. Les plus pressés ne perdent pas une minute et tracent la route pendant que les autres remercient les artistes chaleureusement par leurs applaudissements. « Quand il nous a dit que c’était la dernière chanson, je n’ai pas voulu y croire. On est tellement bien dans cette atmosphère », confie Sylvie, fidèle de ces moments de partage musicaux. D’ailleurs, elle n’hésite pas à y venir même quand elle doit retourner travailler juste après. « Ça me met le coeur en joie d’être ici plutôt que de plonger dans le bouillon toulousain avec les gens qui sont beaucoup trop pressés », selon elle.

 

« Entrée libre et sortie libre »

 

Pour Joël Saurin, le programmateur de la « pause musicale », le succès de ce rendez-vous est dû à l’essence même du projet : « Entrée libre, sortie libre ». « On ne cherche vraiment pas à entretenir le côté sacré de la relation habituelle entre le public et l’artiste. Si ce que vous entendez ne vous plaît pas, vous pouvez toujours vous lever et partir, personne ne vous en voudra », explique-t-il.

Joël Saurin, programmateur de la « pause musicale » / Jade Letard-Methon

Le concept vient lui aussi de Joël. Il y a une dizaine d’années, alors qu’il finalise une balance entre midi et deux avec son groupe avant un concert à Québec, l’organisateur leur fait une proposition originale : faire un concert improvisé pour les gens qui passent par là. Mères accompagnées de leur poussette et hommes d’affaires sortis exprès de leur bureau se pressent pour assister à la prestation improvisée. La discussion s’engage avec le public entre chaque morceau, le tout dans un esprit de décontraction. L’idée germe alors dans l’esprit de Joël Saurin qui se promet de renouveler l’expérience au coeur de la Ville Rose.

 

Vous pouvez retrouver le programme des « pauses musicales » sur le site de Toulouse.fr.