Selon le très sérieux quotidien américain The Wall Street Journal, l’avocat de Donald Trump, Michael Cohen, aurait versé une somme de 130 000 dollars à l’ancienne star du X Stephanie Clifford en octobre 2016 (un mois avant l’élection présidentielle), pour étouffer une liaison qui remonterait à juillet 2006.

En échange de ce gros chèque, Stephanie Clifford, aurait signé un « non disclosure agreement », un accord de non-divulgation qui garantit son silence. 

Stephanie Clifford, plus connue sous le nom de Stormy Daniels dans l’industrie pornographique, aurait affirmé, en privé, avoir eu des rapports sexuels avec Donald Trump en juillet 2006, lors d’un tournoi de golf près du lac Tahoe. A l’époque, Trump était déjà marié à son épouse actuelle, Melania.

L’affaire à été divulguée au Daily Beast, un site d’information américainpar Alana Evans, actrice pornographique et amie de Stephanie Clifford. Elle affirme avoir reçu à l’époque des faits, un appel téléphonique de Clifford lorsqu’elle se trouvait dans sa chambre avec Donald Trump. Le multi-milliardaire l’aurait même invitée à se joindre à eux : « Oh allez Alana, viens t’amuser avec nous, on t’attend », lui aurait-il lancé à l’époque.

L’ancienne Star du X et Trump démentent

De son côté, la principale concernée a démenti dans un mail envoyé à l’avocat Michael Cohen. Un mail que celui-ci s’est empressé de remettre au quotidien The Wall Street Journal. Elle y nie avoir eu quelconque « liaison sexuelle et/ou romantique avec Donald Trump » : « Les rumeurs selon lesquelles j’ai reçu de l’argent pour acheter mon silence sont complètement fausses », assure-t-elle dans ses écrits.

Dans un communiqué, la Maison Blanche a elle aussi nié catégoriquement toute rencontre à caractère sexuel entre Donald Trump et « Stormy Daniels ». « Il s’agit de vieilles infos recyclées, qui ont été publiées et démenties avec véhémence avant l’élection », a assuré un responsable de la présidence.

Pourtant, selon CNN, Clifford était prête à parler avec ABC News à l’automne 2016 mais elle a brusquement annulé quelques jours avant l’entretien. Cette affaire, si elle est vraie, ne sera qu’un scandale de plus dans la présidence de Donald Trump.

À lire sur le même sujet : Donald Trump :  « On ne veut pas d’immigrés de pays de merde »

À lire sur le même sujet : 54 pays demandent des « excuses et une rétractation » à Trump