C’est une mesure phare du programme d’Emmanuel Macron. La taxe d’habitation devrait progressivement disparaître de 2018 à 2020 pour 80% des ménages français. Ce vendredi, Bruno Le Maire a relancé le débat : selon le ministre de l’Économie, aucun impôt ne viendra remplacer cette suppression. Pourtant, le flou autour de cette réforme subsiste. 

Un tiers de la taxe devrait déjà se soustraire cette année. Le président de la République souhaite appliquer la réforme à l’ensemble des contribuables, et donc supprimer définitivement la taxe d’habitation. Pourtant, cette décision entrainera une perte de 20 milliards d’euros, à terme, pour les collectivités locales. Emmanuel Macron avait néanmoins affirmé que le manque à gagner des communes serait remboursé « à l’euro près ». Un cadeau fiscal pour la plupart des Français, mais qui est en réalité empoisonné pour le gouvernement.

« Il n’y aura pas de nouvel impôt durant le quinquennat »

Bruno Le Maire a jeté un nouveau coup de pied dans la fourmilière. Ce vendredi, le ministre a affirmé qu’il n’y aurait « pas de nouvel impôt, pas de nouvelle taxe » pour pallier ce manque à gagner. Des déclarations qui semblent difficilement compatibles entre elles. En effet, comment l’état pourrait remplumer ses caisses dans de telles conditions ? Une problématique qui reste encore floue aujourd’hui, aussi bien pour les citoyens que pour le gouvernement. Jacqueline Gourault avait annoncé, ce jeudi, le remplacement de la taxe d’habitation par un « impôt plus juste ». Avant de se rétracter sur Twitter, quelques instants plus tard.