Ca s’est passé cette nuit : un accord de principe entre le SPD (Sociaux-Démocrates) d’Angela Merkel et les CDU-CSU des conservateurs a été trouvé, après plus de 24 heures de discussions à huis clos. Les trois partis étaient pourtant dans une impasse quelques mois auparavant, suite aux élections fédérales d’Allemagne en septembre dernier. Cet accord serait le premier pas vers une « grande coalition » pour les prochaines élections. 

C’est une rencontre à mi-chemin qu’on effectué les trois partis allemands cette nuit.  Cette dernière journée de discussions, qui s’annonçait « compliquée » d’après la chancelière, a donné naissance à un accord de 28 pages ce matin. Après une défaite du SPD à créer une coalition avec les écologistes et les libéraux, les conservateurs reviennent sur leur décision et font un pas vers une coalition. Le rapport n’a pas encore été présenté à la presse mais nous connaissons déjà quelques points qu’il contient.

Un accord qui pencherait en faveur des conservateurs

Et il serait plutôt favorable pour les partis CDU et CSU. Les sujets abordés étant l’immigration et le regroupement familial, les conservateurs auraient réussi à imposer leurs idées. On y retrouve notamment un principe de plafonnement pour l’accueil des demandeurs d’asile en Allemagne, qui s’élèverait entre 180 000 et 220 000 selon le Monde. Une proposition rejetée par le SPD jusque là, rappelons qu’Angela Merkel avait décidé d’accueillir plus d’un million de réfugiés entre 2015 et 2016.

Son parti n’a d’ailleurs pas réussi à s’imposer quant à une augmentation de fiscalité sur les plus hauts revenus, mais aurait obtenu un maintiens sur des domaines du social (maintien des retraites, éducation). Enfin, les deux partis se seraient mis d’accord afin de réformer la zone euro pour la renforcer, « en étroite collaboration avec la France », selon France Info.

Ce ne sera que le 21 janvier prochain que l’on saura si le SPD accepte dans sa totalité l’accord, lors d’une congrès extraordinaire à Bonn.