» Je constate qu’à Toulouse on ne verbalise pas assez les incivilités ayant trait à la propreté « . Lors ses vœux à la presse, Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, a annoncé la création d’une brigade de la propreté. Son rôle : une trentaine d’agents en civil qui traqueront et dresseront des contraventions à l’encontre des mauvais citoyens. Après une augmentation du nombre de poubelles et la création de l’application Allô Toulouse, la mairie a décidé de s’en prendre au porte monnaie.

 

Dans le viseur : mégots, urine, cartons …

Jusqu’ici, seule la police municipale luttait contre les incivilités liées à la propreté.  » Moins visible que la police municipale, cette brigade sera plus apte en prendre en flagrant délit les contrevenants. Ses agents en civil, assermentés, seront envoyés dans des zones qui sont considérées comme sales  » a déclaré Emilion Esnault, vice-président du dispositif.

Une mamie qui ne ramasse pas les défections de son chien, un jeune qui jette son mégot, un commerçant qui laisse ses cartons dans la rue en dehors des heures autorisées : le résultat sera le même : 68€ d’amende ( et jusqu’à 450 en cas de majoration).

En parallèle de la création de cette nouvelle brigade, la mairie a annoncé la mise en place de 500 poubelles supplémentaires.

Qu’en pensent les toulousains ?

Suite à cette annonce de Jean-Luc Moudenc, nous sommes allés à la rencontre des principaux intéressés.

Les habitants de la Ville rose sont partagés, ne serait-ce que sur l’état de propreté de la ville Rose. Pour Zakary  » Il n’y a pas besoin de ce dispositif, Toulouse est une ville propre « . Sylvaine, qui vit à Toulouse depuis des années trouve que  » niveau propreté, ça se dégrade « .

Sur le dispositif en tant que tel, les avis sont partagés. Par exemple, Nora  » ne pense pas que ça va faire changer les choses, ça va surtout faire gagner de l’argent à la mairie « . A l’inverse, Thomas est satisfait :  » Pour moi ils auraient du le faire bien avant. Parce que les panneaux publicitaires prônant la propreté ça ne sert à rien, les gens s’en fichent « .

D’autres sont plus nuancés comme Sylvaine qui prône l’éducation :  » cette brigade est une bonne chose, après j’espère qu’au début ce sera sous forme de rappel et qu’on ne brandira pas une amende tout de suite « .

Si les amendes existent déjà, la mairie l’avoue, prendre des individus en flagrant délit est aujourd’hui très difficile. Cette nouvelle brigade devrait donc faire le bonheur des 800 agents de propreté de la Métropole.