« Mais comment il fait ? » murmurent les plus jeunes, les yeux braqués sur la table du jeune magicien Léo Maxime.

Qu’ils soient magiciens, danseurs, chanteurs lyriques, de jazz ou de variété, ou encore humoristes, plus d’une vingtaine de talents toulousains se sont succédés sur les planches d’une scène improvisée dans le centre commercial de Roques-sur-Garonne.

À l’instar du début des soldes, le pré-casting de l’émission « La France a un Incroyable Talent » a glané plusieurs dizaines de spectateurs qui allaient et venaient au rythme des prestations des candidats.

Deux minutes top chrono

Une seule réelle condition : que le numéro présenté ne dépasse pas les deux minutes. Eric Barbé, chargé de casting, n’a pas d’attentes particulières, « Nous recherchons tous les talents possibles et imaginables ». C’est qu’ils en ont vu passer des talents, en douze saisons ! Désormais, l’originalité prime.

Montée en plein milieu du centre commercial, les commerçants et les clients ne peuvent pas rater l’estrade. L’occasion pour les candidats de se confronter à des conditions difficiles avant Paris. « Ça s’appelle le monde du spectacle. Ils sont en situation de stress, au coeur d’un centre commercial. Au moins ils sont préparés à faire face au plateau, aux caméras, au public… Qu’il y aura à Paris. »

Comme un air de déjà-vu…

Parmi tous les postulants, une petite femme à la tête blonde attire le regard. Si la plupart sont débutants sur la scène, Pascale Dayan a déjà participé à « La France a un Incroyable Talent » en 2014. Sa fille et elle avaient brillamment passé les étapes jusqu’à la demi-finale. Si la robe bleue qu’elles portaient toutes les deux a vivement été critiquée par deux membres du jury de l’époque, c’est aujourd’hui pour cette même robe qu’elles sont reconnues dans la rue ! En faire un porte-bonheur ou rayer le bleu de sa garde-robe, si Pascale a un incroyable talent, elle est surtout face à un incroyable dilemme…

 

Toulouse était la première étape de la tournée menée par Eric Barbé, elle durera encore vingt jours. « La route des castings est encore longue ».