« Nous défendons une liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle« . Extraite d’une tribune au Monde écrite par 100 femmes dont Catherine Deneuve, cette phrase a créé la polémique. Ce collectif fait écho à l’affaire Wenstein et au scandale qui en découle depuis quelques mois. Sont attaqués entre autres les hashtag Balance ton porc et MeeToo, qui sont définis dans cet écris comme « des actes de délation ».

Ce collectif de femmes entame sa tribune par « Le viol est un crime. Mais la drague insistante ou maladroite n’est pas un délit, ni la galanterie une agression machiste ». Dans un contexte public houleux en ce qui concerne les agressions sexuelles, cette prise de position passe mal. De plus, ce n’est pas la première déclaration controversée de l’actrice. Aujourd’hui, sur Twitter, l’actrice est encore sous le feux des critiques.

 

 

 

 

Mais finalement, Catherine Deneuve a plus été tournée en ridicule.

 

 

 

Même si Catherine Deneuve n’est vraiment pas la seule femme connue à signer cette tribune, on notera également Catherine Millet, Elisabeth Lévy et Ingrid Caven, c’est son nom qui provoque le plus de remous. Car ce n’est pas sa première déclaration controversée sur le sujet. En mars 2017 sur l’émission Quotidien, elle avait déclaré « trouver le mot viol excessif » par rapport à l’affaire Roman Polanski, accusé de viol sur mineure en 1977. Elle était également revenue une première fois sur la popularité des hashtags #MeeToo et #BalanceTonPorc dans la même émission le 27 octobre dernier.