Dimanche soir sur Showtime, était diffusée la suite de la mythique série de Mark Frost et David Lynch, Twin Peaks. Vingt-six ans après le succès des deux premières saisons, il semblerait que les épaisses forêts de la bourgade du nord-ouest de l’État de Washington, n’aient pas livré tous leurs secrets. Un retour très attendu par les fans du feuilleton, l’occasion de revenir sur le succès de cette série culte des années 90.

N’avez-vous jamais entendu parler du meurtre effarant de Laura Palmer dans la petite ville bien tranquille de Twin Peaks ? Une jeune lycéenne modèle et appréciée de tous, dont le cadavre est retrouvé emballé dans des bâches de plastique, sur les berges de la rivière Snoqualmie. Brume épaisse, jeu de dupes, bibelots et tarte à la cerise, il ne fait aucun doute que vous êtes en train de regarder Twin Peaks. Dès la diffusion du pilote en avril 1990, l’intrigue séduit plus de 35 millions de téléspectateurs, une audience stabilisée par la suite autour de 15 millions. Ainsi, malgré un public encore réticent aux séries télévisées, force est de constater le succès étonnant du thriller. Par sa création originale et l’engouement qu’elle suscite, Twin Peaks démontre pour la première fois, que le sériel entertainment est capable de rivaliser avec le septième art.

Une oeuvre révolutionnaire

Beaucoup de cinéphiles considèrent cette série comme un tournant du genre. Elle continue d’inspirer les séries d’aujourd’hui. L’impact et l’influence notoire qu’elle a eu la classe parmi les plus importantes réalisations du petit écran. Un résultat qui repose sur la maitrise et le talent du réalisateur David Lynch et du producteur Mark Frost. L’univers télévisuel fantastique allié à l’esthétisme des images font de Twin Peaks une oeuvre novatrice pour son époque. Un travail aboutit pour un résultat jusqu’alors jamais constaté, reposant sur une identité qui lui est propre. La réalisation est très bien orchestrée, le casting est solide, la production originale et le scénario bien ficelé. Car si la série affiche un synopsis d’apparence bénigne, on se rend vite compte qu’il ne s’agit que d’une façade pour cacher quelque chose de bien plus éloquent. Une éloquence qui trouve refuge derrière un parallélisme constant entre le réel et l’irréel, que Lynch amène jusqu’à l’épouvante. D’ailleurs, si l’on connaît bien David Lynch, il n’est pas surprenant de retrouver ce culte du double si cher au réalisateur, un univers énigmatique qu’il avait largement développé au cours de ses créations personnelles dans Elephant Man, Dune ou encore Blue Velvet. Qui dit oeuvre à part dit forcément bande originale d’exception. Elle est signée du compositeur américain Angelo Badalamenti qui a produit une musique lancinante renforçant l’impression d’étrangeté. Le générique quant à lui, est porté par la superbe voix de Julee Cruise dans le morceau « Falling ».

À l’image de la chambre rouge, Twin Peaks se joue des apparences pour faire perdurer le suspense.

Kyle McLachlan dans le rôle parfait de l’Agent Cooper

Oui ! C’est bien lui ! Creusant du bout de sa cuillère un morceau de « cherry pie », fameuse tarte à la cerise du Double R Diner, à laquelle Cooper voue un amour impénitent. Le plus célèbre des agents du FBI (et sans doute le plus classe), connu pour ses méthodes d’investigation bien particulières, a marqué les esprits. Et en même temps, comment ne pas s’attacher à cet homme de morale exemplaire, gentleman approuvé témoignant d’un zèle ardent pour son pays. Dale Cooper est un personnage pour le moins atypique, que l’on imagine sans mal sortir de l’esprit délirant de son réalisateur. S’il fait mine devant les nombreux suspects du meurtre de Laura Palmer, il fait mouche en tant que personnage. Un personnage auquel on s’attache rapidement. Par son audace, sa gentillesse, son professionnalisme sans failles et parce qu’il succombe à la jeune et jolie Audrey Thorne. Un personnage auquel on s’attache car il est peut-être le plus sensé de tous, le seul refuge de la raison dans ce décor absurde, celui qui se rapproche le plus de « Monsieur Tout le monde », savourant son café chaque matin accompagné de délicieux donuts généreusement sucrés. Si Kyle McLachlan n’en était pas à sa première devant la caméra de Lynch (il avait déjà tourné pour lui dans Dune et Blue Velvet), c’est tout de même dans le costume sur mesure de l’agent Dale Cooper que l’acteur fait sensation. Un rôle qu’il maitrise à la perfection. Il sera appelé plus tard pour jouer dans les séries Sex and the City et Desperate Housewives.

L’agent du FBI Dale Cooper interprété par Kyle McLachlan.

Une troisième saison fidèle aux premières

Afin d’éviter toutes frustrations, je tiens à préciser que le prochain paragraphe contient quelques SPOILS. Si vous n’avez pas regardé les deux premières saisons (et vous devriez déjà tout faire pour y remédier) il vaut mieux pour vous de sauter cette partie.

Cordialement, un journaliste qui vous aime.

« Rendez-vous dans vingt-cinq ans » avait lancé Laura Palmer aux oreilles de l’agent Cooper dans la dernière saison. Une réplique qui pendant longtemps suscita de nombreuses spéculations, mais dont personne n’osait croire en la véracité. Seulement voilà, chose dite chose faite, les deux auteurs de la série sont bien présents pour cet appel invraisemblable. Pour cette ultime saison, les trente-cinq protagonistes de la série d’origine ont accepté de reprendre la route. Une nouvelle qui a rassuré les fans, qui étaient inquiets d’assister à une suite d’anthologie. Ainsi, nous retrouverons Kyle McLachlan dans le rôle de l’irrémédiable agent Dale Cooper, Sherilyn Fenn pour la sulfureuse Audrey Thorne et Sheryl Lee interprétant l’énigmatique Laura Palmer. Également dans les rangs, le compositeur fétiche de Lynch, Angelo Badalamenti, cette fois-ci accompagné par le groupe américain Chromatics pour la bande originale. Sans doute nous allons découvrir les derniers mystères que renferment les bois de Twin Peaks. Qu’en sera-t-il du sort d’Audrey Thorne ? Laissée pour morte dans l’explosion d’une banque. Et du destin de Dale Cooper ? Que l’on découvre avec stupeur habité par Bob dans le dernier épisode, se fracassant la tête contre un miroir avant d’être pris d’un rire démoniaque. La magie opèrera-t-elle toujours après tant d’années ? On a hâte de découvrir l’ultime oeuvre de David Lynch, annoncée comme l’événement sériel de l’année.

Le trailer :

 

[embedyt] https://www.youtube.com/watch?v=vsdRG0mJj-w[/embedyt]