Il se fondrait presque dans le paysage. C’est encore et toujours à Tulle, dans son fief politique que l’ancien président du conseil général de la Corrèze, et futur-ex président de la République François Hollande a glissé son dernier bulletin en tant que chef de l’Etat, dans l’urne, dimanche dernier. Et il n’en était pas moins content !

Le président, qui avait apporté son soutien au candidat ressorti gagnant, Emmanuel Macron, a voté sur les coups de 10 heures dans une salle de la ville transformée pour l’occasion, avant de faire un bref passage dans plusieurs communes alentours. En tout, huit bureaux de votes visités.
Le futur ex-président de la République sera resté six heures sur sa terre corrézienne : six heures remplies d’émotions, autant pour l’homme que pour ses électeurs.
François Hollande était à Tulle en tant que politique mais pas que ! Il a été accueilli comme un vrai Tulliste de retour d’un long voyage parisien : il a rendu visite au doyen de la commune, né en 1914, il a visité les nouvelles infrastructures sportives sur invitation des présidents de clubs, et enfin, il a bouclé sa boucle par une école élémentaire de la ville. Et en tant que bon corrézien qui se respecte, le président de la République n’est pas reparti sans déguster une bonne tête de veau.
Ce n’est qu’un au revoir, entendait-on presque chanter les Tullistes, impatients de voir revenir François Hollande, en presque inconnu. « Vous voyez, c’est la preuve qu’on ne veut pas vous laisser repartir », a lancé un habitant d’une commune voisine lorsque la voiture du politique a fait des siennes pour redémarrer.