Alors que tous les candidats s’inquiétaient de voir les français aux urnes dimanche, on comptabilise une participation de 76,21 %. Les électeurs étaient 79,48 % à avoir répondu présents aux premiers tours des présidentielles en 2012.

Cette année, la campagne électorale a rimé avec la découverte d’affaires polémiques pour plusieurs candidats, ce qui aurait pu altérer la foi des citoyens en la démocratie. En période de vacances scolaires, les votes par procuration ont été nombreux sur le territoire.

Qu’est-ce qui a poussé les abstentionnistes à rester chez eux ?

Il semblerait que ce soit les plus jeunes qui aient décidé de mettre le vote de côté. Par rébellion ou par manque de reconnaissance de soi dans les politiques, les 18-25 ans n’ont plus leur langue dans leur poche et souhaitent que des projets concrets se mettent en place.

Je suis lassée de ce vote « utile »

Par souci d’anonymat, les noms des témoins ont été modifiés. Leurs âges, eux, sont véridiques.

Une question subsiste, pourquoi se déplacer en mairie si l’abstention et le vote blanc ont la même reconnaissance lors des résultats ? Certains électeurs admettent que si le vote blanc était reconnu, cela aurait peut-être pesé dans la balance. Etienne, 23 ans, n’a pas changé le programme de sa journée dimanche dernier pour aller voter. « Ne pas voter ou voter blanc revient au même aux yeux de la loi, alors pourquoi serais-je allé aux urnes ? ». Rémi non plus ne s’est pas déplacé aux urnes. Il a 25 ans et regrette le manque de projet solide : « Je n’avais pas réellement de préférence pour tel ou tel programme et qu’il y avait toujours des choses qui ne m’allaient mais vraiment pas avec chaque candidat ». Lili, 22 ans, a voté blanc mais le rejoint sur cette constatation, « Dans ma vision de la démocratie, on vote pour des idées, des projets et des avancées, réelles et non pas promises par quelque soit disant sauveur de la France. Pour le second tour, j’hésite également à voter blanc. Je suis lassée de ce vote  » utile  », qui fait voter uniquement contre quelqu’un. ».


Le désir d’abstention ne s’arrête pas au lendemain du second tour. Preuve sur le réseau social Twitter où le #Sansmoile7mai est en top tweet. De nombreux électeurs font part de leur détermination à ne pas aller aux urnes dimanche 7 mai, pour le second tour de la présidentielle, malgré le duel extrême droite – centrisme.